La « Salade mythologique » de Pierre Perret

Mon premier concert de musique, c’était quand mes parents m’ont emmené voir Pierre Perret alors que j’avais 5-6 ans ! Aussi, j’ai toujours eu beaucoup d’affection pour ce très grand chanteur.

Saviez-vous alors qu’en 2014, dans son album « Drôle de Poésie » (chez Naïve Records), il a sorti une chanson où il arrive à caser plus de 150 personnages mythologiques, tout en jeux de mots ? Cela s’appelle « Salade mythologique », une histoire de fesses, mais avec poésie bien sûr.

800px-Pierre_Perret_20101009_Aix-en-Provence_41

Le lien vers la titre ici : https://www.youtube.com/watch?v=CSMSfu4luEs

Puis voici les paroles (régalez-vous !)

Pénélope Enée d’Héra j’ vous Promethée
Il faut que j’ vous Archonte Ulysse Troie
J’étais déjà Vénus à Paris
Et j’ m’étais Borée d’Homère Encelade
C’était Bellorophon de mon Nestor-Mac
Et de l’Esope-Phage
Comme j’étais déjà Pompée et Archéron
Peu s’en Phallus que je ne dé-Gorgias
C’était pas encor Tartare à Cythère
Il était Tian tout juste une Euridyce
J’enfile ma p’tite Hélène et je Melpomène
Aux Champs-Elysées

Mais Plutarque alors que j’étais hors d’Hélène
Je hèle un phatéon à deux Pégases
Et je m’ Carpathes chez M’ Atalante
Qui est vous l’ savez la sœur de l’oncle Procné
J’arrive enfin au Terme avec mon Colchique
Pour voir Philomène
J’frappe à sa Cambyse et Pan Atrée Memphis
Mon cher Pythie tu arrives fort Atropos

Lathée au fond de Saturne à cheval sur
L’Anchise Percée et en train d’Uranie
Ou j’ crois Pluton Galathée occupée
A s’ Tityre le lycaon

Quand j’Atrée Gynécée comment elle Cypris
Mais d’un Paphos sur le Dédale Numide
Elle laissa tomber ses Jupiter
Elle fit le grand Icare et je lui ai Vulcain
Pollux comme un castor elle Circé poils
Afin qu’ils Narcisse.
Je me jette à ses Junon elle est Cybèle
J’attrap’ ses gros Titrons qui Prométhée
Elle Tytyre mon Dardamus qui s’allonge
Dès qu’elle Léda le voilà qui Erèbe
J’y fais Minos mais elle dit tu Minerve
Arès tu m’Ajax

Je Laïs s’Ulysse mais j’ l’ai Chloé trop bas
Alphée Castor elle avance Hercule
Orphée-le moi dit-elle j’suis Pallas
Ça l’a Musée alors je lui Myrmidon
J’ lui Amphitrite Amphion et j’en Coloquinte
Six dans le Triton
J’en Tircis mais j’ suis Pompée ça m’est Pomone
Bien sûr que ça Morphée Pallas Antée
Que Cérès si j’avais pas ma Proserpine
Elle seule me dit quel bel Atlas tu as
J’aime que tu mettes l’Epéus Amazone
Même Laodomie

Elle Saturne et je l’Hercule Persée Troie fois
Dans la ligue me’ Diane D’Ephèse
Fallait-il que Janus dans mes Deucalion
Mais au plus fort de l’Ixion Latone comme l’Etna
Ce Tyr est v’nu quand elle fît le grand Icare
Egérie d’bon cœur!
Hébé dis-je ma belle nous Jason du Sphinx-ter
Ton p’tit Lycus ne peut-il plus Cythère
Du coup son beau Clytie devint Clotho
Et Sésostris de penser qu’on était Vénus
En Cybèle forme et qu’on en avait pourtant
Seulement Lachésis!

Malgré tout il était temps qu’ Scylla Phénice
C’est Beaucis plus que je m’le Prométhée
Hélas avant la fin de l’Alcmène
Je m’ suis mis à Psychée des lames de rasoir
Alors que Phaéton en un pareil cas
On centaure Lapithes
Mais l’ mal empyrée de Charybde en Scylla
J’ai vite passé un coup de Tisiphone
L’Esculape m’a r’filé un Andromède
Lacédémone me fît Uranie mieux
Sinon eut-il fallu qu’on m’ la Cupidon
L’Armide Epire que l’ mal
Agamemnon jamais!

Publicités

Si une déesse ou un dieu grec dirigeait un musée, ce serait….

«  Si une déesse ou un dieu/héros grec dirigeait un musée, qui choisiriez-vous ? Pourquoi ?». Cette question peut sembler à première vue étrange, d’ailleurs elle a rebuté 12,6% des sondés de notre questionnaire mythologique (qui a eu un total de 709 réponses) qui ne savaient que répondre. Son but était de donner à voir une définition et vision du musée par le prisme de la mythologie grecque. Les réflexions de nombre des sondés ont ainsi souvent dépassé nos attentes, donnant lieu  à une vrai réflexion muséographique, comme le sujet 185 :

J’ai d’abord pensé à Orphée. Mais mettre un artiste au commande d’un musée me semble être une mauvaise idée Il risque de mettre en avant ses propres créations ou celle de son art uniquement. Puis me vient l’idée d’un roi puissant aimant les arts, mais c’est toujours difficile de laisser ce genre de structure culturel à un état. J’ai donc réfléchis à l’utilité d’un musée, Les musées servent à préserver les éléments de culture et à les présenter au public. c’est en quelque sorte le gardien de l’histoire et de la mémoire. Alors, qui d’autres que  Mnémosyne pourrait garder un tel endroit? Étant mère des Muses, elle est toute désignée pour cette tâche.

On a alors retrouvé une grande variété dans les noms cités (soixante-et-onze) qui sont pratiquement tous issus, eu égard à l’intitulé de la question, de la mythologie grecque. Un certain nombre de divinités sont choisis en lien avec leur domaine d’action pour des musés thématiques, notamment Poséidon pour des établissements liés à la mer ou Arès à la Guerre. Cependant la plupart semblent confirmer une vision traditionnellement admise des musées (des beaux-arts) centré sur la sagesse d’une direction forte et la beauté des œuvres. En effet, les deux dieux les plus plébiscités sont Athéna, choisie par 154 des sondés et Apollon par 131, secondés par Zeus, Aphrodite et les Muses.

Apollo_of_the_Belvedere

I- Athéna et Apollon : la raison et le beau

Athéna concentre en effet à elle seul plus d’1/5 des voix. C’est sa sagesse qui est avant tout mis en avant dans 49 réponses, loin devant son statut de déesse de la connaissance (13 réponses). Ces deux éléments sont déjà riches d’enseignements puisqu’il renvoi à deux postes à la tête de l’institution muséale : celui d’administrateur et celui de conservateur. Le premier dirige et gère l’établissement, le second étudie et expose les collections. Ainsi selon les sondés, un dirigeant de musée doit avant tout être un bon administrateur avant d’être un spécialiste de ce qu’il expose. Or dans la plupart des petites et moyennes structures, les deux postes sont gérés par une même personne. De même, chez certains sondés, Athéna cumule les deux fonctions comme dans la réponse 191 :

Probablement Athéna, car elle est entre autres la déesse du savoir, de l’intelligence. Elle pourrait donc en concevoir une gestion efficace et saurait donner un attrait et un intérêt aux œuvres présentées.

Mais le savoir est ici, autant celui lié à la gestion de projet, qu’à l’Histoire de l’Art pour valoriser aux mieux les collections. A travers les fonctions de la déesse, se développe l’idée que le musée est un lieu « sérieux » (452) qui doit avant tout être bien « dirigé » (211) et « gardé » (432) avec « poigne » et « efficacité » (191). L’intelligence d’Athéna lui permet donc avant d’être une bonne gestionnaire et ainsi de connaitre l’ensemble des aspects du musée. Le musée est perçu comme un établissement où les œuvres sont exposées de manière raisonnée et réfléchie et où tout obéit à une certaine logique. Le tout étant entretenu par le père d’Athéna, qui arrive en troisième position dans la liste des dieux plébiscités : Zeus, avec 42 voix. C’est surtout son rôle de dirigeant de l’Olympe qui est mis en avant. Par analogie, le chef du panthéon olympien est donc tout destiné à devenir le dirigeant d’un établissement culturel. Aussi, de la même manière qu’il a su donner à sa famille des taches et fonctions adéquates, il saurait déléguer avec mesure les taches au musée, comme le rappelle le sondé 457 :

Zeus, car étant le plus puissant, pourrait placer ses subalternes dans les rôles ou positions où ils excellent.

La dimension artistique est laissée à Apollon, au caractère moins « réfléchi »(277) qu’Athéna ou que Zeus. Il est considéré comme le dieu de(s) (l’) art(s) par 67 des sondés. Le terme beaux-arts apparait même comme qualificatif du dieu à deux reprises (242 et 541). A l’inverse d’Athéna, son rôle est donc celui du spécialiste et du conservateur, comme le résume la réponse 453 : « Expert, inspirant, à la fois sujet de l’art et autorité suprême de ce domaine ». Il est le maitre du savoir car il en est le père, entouré des muses qui partagent avec lui cette expertise et sont souvent vues comme les gardiennes des arts. Étant plusieurs, elles représentent ainsi la diversité des formes artistiques (sondés 76 et 540) et la nécessité d’avoir un spécialiste dans chaque domaine pour pouvoir conserver et valoriser les œuvres. Cette légitimité leur vient de leur rôle d’inspiratrice, étant in fine à l’origine de tout ce qui se trouve dans les établissements muséaux. Avec elles et leur mère Mnémosyne, évoquée à 9 reprises, diriger un musée sous-entend être le gardien d’une mémoire artistique multiple dédiée à la contemplation du beau. Cette vision de la beauté dans l’art est associée à la déesse de l’Amour Aphrodite (cité 31 fois) et son fils Éros (7 fois). La déesse donnerait à voir le beau, pas uniquement dans les œuvres mais aussi entre l’institution et le public, y compris aussi dans la muséographie comme l’affirme le sondé 451 :

Aphrodite, elle saurait mettre une ambiance paisible pour apprécier parfaitement les œuvres exposés.

Le conservateur est donc le gardien du beau mais aussi celui qui doit être à sa recherche pour accentuer les collections de son institution. D’où par exemple ce choix du héros troyen Pâris :

424 – Pâris parce qu’après avoir choisi la plus belle des déesses, il saura quelles acquisitions réaliser pour le musée.

Ces personnages contribuent à donner ainsi une vision traditionnel du musée, fondé sur le beau, l’ordonné, l’esthétique. Elle renforce le lien fait par les sondés entre la mythologie et les beaux-arts : espace organisé en salles autour de peintures et sculptures issue de l’époque antique ou moderne où le visiteur déambule. Pourtant rien n’est moins simple et nos questionnaires mettent en lumière une réelle volonté d’une partie des sondés de voir les musées s’ouvrir vers les public par des approches ludiques et innovantes. Le tout ne s’oppose alors pas et peut rester complémentaire comme le montre ce choix d’Athéna du sujet 287 :

Athéna, déesse de la sagesse et de la guerre, elle posséderait à la fois le caractère instruit et avisé mais aussi la poigne et le leadership nécessaire à la direction d’un musée, à l’élaboration d’expositions attractives, érudites et innovantes et à la recherche de fonds et d’investisseurs. Le monde de la culture n’est pas un long fleuve tranquille. Patronne des artisans et de l’artisanat elle serait également ouverte à un dialogue entre beaux arts et arts appliqués, arts visuels et design donc, un des grands enjeux contemporains.

18- 601px-Bartholomeus_Spranger_-_Hermes_and_Athena_-_chateau de prague

II- Dionysos, Hermès et consort : un lieu drôle, ouvert, pédagogique

Aussi, certains choix de dieux montrent une claire volonté de rendre le musée plus accessible. Ainsi Hermès est le choix de 29 des sondés, Dionysos de 26 et Ulysse de 20 auquel on peut ajouter Prométhée ou Pan. Toutes ces personnalités en en commun d’être à des frontières et de les dépasser. Hermès est ainsi conducteur des âmes vers la mort, Prométhée a donné un élément des dieux aux hommes (le feu), et par l’ivresse et la bestialité Dionysos et Pan sont toujours à la lisière de la civilisation… A travers eux et le choix des sondés, se dresse ainsi une critique en creux des établissements culturels avec par exemple les sondés 215, 426 et 529 :

215-Dyonisos parce que ça rendrait le lieu bien plus sympathique. Les vieilles histoire sont souvent raconté par des vieux et on a l’impression que c’est chiant alors que non !
245- Hestia, étant la déesse du foyer elle pourrait rendre les musées accueillant pour tout le monde et permettre ainsi au gens de s’y intéresser pour une plus grande démocratisation du savoir.
529- Pan, le dieu pas vraiment dieu mais tellement à la mode, pour réunifier l »Art’ des musées et la culture populaire. Il ferait des musées ouverts en pleine nature mêlant performance, danse, dessin, peinture, sculpture, musique, jeux vidéo, cinéma et cuisine. Au moins.

Le danger d’un musée est ainsi d’être ennuyeux car trop ancien, fermé sur lui-même et sur ses œuvres, condamner à l’entre soi. Le plus important ne serait donc pas tant de savoir bien gérer ou étudier les œuvres mais de les valoriser et les rendre accessible. Le musée doit ainsi pour continuer à être visible, se lier aux cultures contemporaines. Si Hermès semble être le médiateur parfait pour instruire les visiteurs, la princesse crétoise Ariane est ainsi plébisciter par ce sondé :

447- Ariane, ni déesse, ni héroïne, elle est là pour accompagner et guider Thésée. C’est à mon sens la qualité d’un conservateur : Séduit par l’art et la transmission d’une connaissance à un public, il guide le visiteur dans un musée pour l’aider à lui donner les outils de compréhension.

Les œuvres peuvent sembler complexes et la médiation, à l’aide de la muséographie, de guides humains et numériques ou d’événementiel, est plus que nécessaire. Aussi plusieurs réponses tentent d’apporter des solutions :

47- Dionysos, il offrirait des cocktails dînatoires gratuits dans le musée
157- Clio, parce qu’elle saurait proposer une scénographie de nature à inspirer et à informer le visiteur

Bacchus-Disney

# Conclusion

Un musée est en fait, comme le panthéon gréco-romain : un agrégat de professionnels aux connaissances spécialisées. Et si notre question portait sur la personnalité la plus à même de diriger ce genre d’institution, la tête ne peut marcher qu’avec la collaboration des autres corps de métiers. Certains des sondés se sont ainsi prêter à une judicieuse répartition des tâches :

496- Zeus pour favoriser l’éclairage, Athéna pour approfondir les connaissances, Vesta pour favoriser la convivialité, Apollon pour mettre de la musique au musée, Aphrodite pour accentuer l’aspect esthétique, Poséidon pour mettre une ambiance ‘nature’, Asclépios pour donner vie aux scuptures ou pour faire en sorte que les employés ne soient jamais malades, Héphaïstos pour assurer des réparations rapides.

 

 

# Détail des 709 réponses du questionnaire

1- Athéna : 154 = 21, 6 %

2- Apollon : 131 = 18, 5 %

3- Zeus : 42 = 5,8%

4- Aphrodite : 31

5- Hermès : 29

6- Dionysos : 26

7- Muses : 24

8- Ulysse : 20

9- Poséidon : 16

10- Héphaïstos 14

Hercule : 10

Hadès : 10

Mnémosyne : 9

Clio : 8

Éros : 7

Prométhée : 6

Artémis : 6

Héra : 5

Arès : 4

Gaia : 4

Orphée : 4

Hestia 3

Ariane : 3

2 mentions : une déesse, Déméter, Thot, Pygmalion, Achille, Thor, Chiron, Perséphone = 16

1 mention : Méduse, Atlas, Médée, Chaos, Odin, Calliope, Janus, Quetzalcóatl, Persée, Loki, Isis, Tyr, Cassandre, Icare, Platon, Méduse, Victoire de Samothrace, Éole, Antigone, Harmonie,Circé, Saturne, Hécate, Hemera, Eurydice, Pâris, Écho, Benten, Iris, Damoclès, Pan, Bastet , Psyché, Arachné, Captaine Cook, Morphée, Pandore, Ouranos, AThlété, Nikos = 40

Je ne sais pas : 40 +45 = 85 : 12 %

Pas compris : 4

= 709 réponses

Athéna vs Géants !

Troisième vidéo avec un super déesse badass !!

Cette fois ci, deux œuvres autour de la déesse de la guerre et de l’intelligence, avec par ordre d’apparition :

  • un skyphos (vase à boire) athénien du quatrième quart du VIe siècle av. J.-C. Inv. 37.1003
  • un lécythe (vase à parfum) athénien du Groupe d’Haimon, vers 480 av. J.-C. Inv. 37.926

Enfin un ÉNORME et grand MERCI pour la voix et l’implication à Sarah Lorquet ! N’hésitez pas à consulter la page Facebook de son projet « Tartuffe et Pythagore » pour lier science et vulgarisation et théâtre ! @TartuffePythagore

Plus d’informations sur le Musée de Laon sur son site site internet  : http://www.ca-paysdelaon.fr/musee.html

Wonder Woman, un film ni mythologique, ni féministe ?

Il y aurait tant à dire sur ce film ! Moi-même je ne sais toujours pas quoi en penser….. Enfin si ! Je crois qu’en tant que spectateur je l’ai trouvé assez triste mais en tant que chercheur et spécialiste de la mythologie, j’y ai trouvé des choses assez…intéressantes. Analysons donc tout ça rapidement avec de petites remarques, sans spoiler !

Wonder_woman_movie_logo_by_alexbadass-d9okbsa

# Une héroïne de la mythologie grecque ?

  • Les Amazones du film ? Elles tiennent plus des elfes dans « Le Seigneur des anneaux » que des légendes antiques (j’en ferai un article prochainement) Et puis bordel, arrêtez avec les bustiers montrant des poitrines, cela n’a aucun sens (pratique, archéologique, militaire…).  Les Amazones sont présentées comme des guerrières….qui ne se battent contre rien puisqu’elles refusent de se mêler au monde des hommes, restant sur leur île perdue de la mer Égée.
  • Le background du film est une relecture chrétienne et manichéenne des mythes grecs (merci à Élise pour ses remarques). Tout est dit dès le départ : Le gentil Zeus contre le méchant Arès (pour une fois que ce n’est pas Hadès), la faute originelle des hommes, la loi du talion (œil pour œil, dent pour dent), l’immaculée conception, le « Aimez-vous les uns les autres »…
  • L’épée magique ! Référence à Excalibur non ?
  • L’évolution du dieu de la Guerre Arès dans la dernière partie du film est bien vue. Où se cache le mal, finalement ?
  • C’est donc plus un film historique sur la Première Guerre Mondiale avec des développements plutôt pertinents sur les notions d’armes de destruction massive, d’armistice, des civils/militaires, d’esprit de corps.

 

# Un film important pour la cause féministe ? NON !!!

  • Wonder Woman est naïve la plupart du temps. Et puisque tout est joué au premier degré (j’ai détesté les deux acteurs principaux), on a l’impression de voir une pauvre femme ne rien comprendre au monde à part que oui, elle sait se battre et peut aimer. Un exemple ? La scène du bateau, (quand nos deux héros vont de la Turquie à Londres en une nuit grâce à une embarcation à voile, LOL.) où nous assistons à un ramassis de clichés digne des premières scènes de Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu ?. Wonder Woman ne peut se débrouiller seule, sauf pour dégommer du Germain. Pas si loin de la vision de la femme dans la mythologie grecque en fait !
  • Un seul bon point : Lorsque au départ, on voit que l’héroïne est conservatrice du Musée du Louvre (bon, entourée d’œuvres plus dignes d’un musée d’ethnologie, mais passons) !

 

Si cela vous intéresse, vous pouvez toujours regarder quelques passages de la longue vidéo-radio de mes réactions à chaud avec la super Hana Poulpe et Nyna  :

Le dieu Poséidon vu par… Kafka

Lors d’un récent voyage à Prague, je me suis plongé dans ce fameux auteur (qui a un très sympathique musée d’ailleurs ) qu’est Franz Kafka. Alors oui, c’est dépressif, bureaucratique, mimétique et pourtant cela reste magnifique !! A tout hasard j’ai consulté ses nombreux écrits et devinez quoi ? Il a écrit quelques micro nouvelles sur la mythologie !!! Parmi elles, celle assez drôle sur le dieu de la Mer et des Océans, Poséidon. Le pire, c’est qu’on y retrouve les thèmes chers à l’auteur (la paperasse, la déprime, la temps) et…c’est drôle !

enigme du sphinks mhv 12.JPG

Je vous laisse la lire (en 1 minute) sur ce blog :

http://oeuvresouvertes.net/spip.php?article699

 

 

 

Déesse cherche fifille désespérément !

Deuxième histoire avec une gentille maman poule (enfin…déesse) : Déméter

Cette fois ci, trois œuvres autour de la déesse Déméter et de sa fille Perséphone, avec par ordre d’apparition :
– un skyphos (vase à boire) Athénien de 370-360 av. J.-C. Inv 37.1072
– une figurine en terre cuite du III siècle av. J.-C. Inv 37.409
– une plaque décorative de Locres (Italie) du 1er quart du V siècle av. J.-C. Inv 37.138

Un énorme MERCI à Marie Hoffmann pour la voix, une amie doctorante comme moi qui bosse sur les collections océaniennes des musées du Nord !

Plus d’informations sur le Musée de Laon sur son site site internet  : http://www.ca-paysdelaon.fr/musee.html

Pour aller plus loin : en septembre dernier, j’avais réaliser une animation à la Fête de la Science sur ce mythe des saisons : https://pasdemythosentrenous.wordpress.com/2016/10/11/bilan-atelier-persephone-a-la-fete-de-la-science-2016/