Fin de Thèse + Calendrier Octobre

Par tous les dieux de l’Olympe, cela fait plus de 3 mois que je n’ai point écrit d’articles ici. Vous savez pourquoi ?

Car j’étais occupé à ça :

première page

Quelques semaines de folies pour rendre effectivement ma thèse dans les temps ! Fin de rédaction, relecture, re-relecture, re-re-relectures, annexes, bibliographie, remerciements, index, sommaire, page de garde…. Bref maintenant, c’est envoyé et depuis le 1er octobre, je suis officiellement au chômage !!

Je vais donc pouvoir reprendre mon rythme d’un article par semaine, j’ai d’ailleurs plein d’idées (et de temps), vous allez voir ! Si vous êtes sur Lille, je vous invite aussi à plusieurs petits événements où je serai présent :

 

  • Et bien sûr noter dès à présent la date du vendredi 8 décembre à 14 h pour ma soutenance. Promis, je vais tout faire pour que cela soit drôle et sympa !!! Ma soutenance passée, je mettrai en ligne intégralement sur mon blog ma thèse en pdf :)!

 

Publicités

Si une déesse ou un dieu grec dirigeait un musée, ce serait….

«  Si une déesse ou un dieu/héros grec dirigeait un musée, qui choisiriez-vous ? Pourquoi ?». Cette question peut sembler à première vue étrange, d’ailleurs elle a rebuté 12,6% des sondés de notre questionnaire mythologique (qui a eu un total de 709 réponses) qui ne savaient que répondre. Son but était de donner à voir une définition et vision du musée par le prisme de la mythologie grecque. Les réflexions de nombre des sondés ont ainsi souvent dépassé nos attentes, donnant lieu  à une vrai réflexion muséographique, comme le sujet 185 :

J’ai d’abord pensé à Orphée. Mais mettre un artiste au commande d’un musée me semble être une mauvaise idée Il risque de mettre en avant ses propres créations ou celle de son art uniquement. Puis me vient l’idée d’un roi puissant aimant les arts, mais c’est toujours difficile de laisser ce genre de structure culturel à un état. J’ai donc réfléchis à l’utilité d’un musée, Les musées servent à préserver les éléments de culture et à les présenter au public. c’est en quelque sorte le gardien de l’histoire et de la mémoire. Alors, qui d’autres que  Mnémosyne pourrait garder un tel endroit? Étant mère des Muses, elle est toute désignée pour cette tâche.

On a alors retrouvé une grande variété dans les noms cités (soixante-et-onze) qui sont pratiquement tous issus, eu égard à l’intitulé de la question, de la mythologie grecque. Un certain nombre de divinités sont choisis en lien avec leur domaine d’action pour des musés thématiques, notamment Poséidon pour des établissements liés à la mer ou Arès à la Guerre. Cependant la plupart semblent confirmer une vision traditionnellement admise des musées (des beaux-arts) centré sur la sagesse d’une direction forte et la beauté des œuvres. En effet, les deux dieux les plus plébiscités sont Athéna, choisie par 154 des sondés et Apollon par 131, secondés par Zeus, Aphrodite et les Muses.

Apollo_of_the_Belvedere

I- Athéna et Apollon : la raison et le beau

Athéna concentre en effet à elle seul plus d’1/5 des voix. C’est sa sagesse qui est avant tout mis en avant dans 49 réponses, loin devant son statut de déesse de la connaissance (13 réponses). Ces deux éléments sont déjà riches d’enseignements puisqu’il renvoi à deux postes à la tête de l’institution muséale : celui d’administrateur et celui de conservateur. Le premier dirige et gère l’établissement, le second étudie et expose les collections. Ainsi selon les sondés, un dirigeant de musée doit avant tout être un bon administrateur avant d’être un spécialiste de ce qu’il expose. Or dans la plupart des petites et moyennes structures, les deux postes sont gérés par une même personne. De même, chez certains sondés, Athéna cumule les deux fonctions comme dans la réponse 191 :

Probablement Athéna, car elle est entre autres la déesse du savoir, de l’intelligence. Elle pourrait donc en concevoir une gestion efficace et saurait donner un attrait et un intérêt aux œuvres présentées.

Mais le savoir est ici, autant celui lié à la gestion de projet, qu’à l’Histoire de l’Art pour valoriser aux mieux les collections. A travers les fonctions de la déesse, se développe l’idée que le musée est un lieu « sérieux » (452) qui doit avant tout être bien « dirigé » (211) et « gardé » (432) avec « poigne » et « efficacité » (191). L’intelligence d’Athéna lui permet donc avant d’être une bonne gestionnaire et ainsi de connaitre l’ensemble des aspects du musée. Le musée est perçu comme un établissement où les œuvres sont exposées de manière raisonnée et réfléchie et où tout obéit à une certaine logique. Le tout étant entretenu par le père d’Athéna, qui arrive en troisième position dans la liste des dieux plébiscités : Zeus, avec 42 voix. C’est surtout son rôle de dirigeant de l’Olympe qui est mis en avant. Par analogie, le chef du panthéon olympien est donc tout destiné à devenir le dirigeant d’un établissement culturel. Aussi, de la même manière qu’il a su donner à sa famille des taches et fonctions adéquates, il saurait déléguer avec mesure les taches au musée, comme le rappelle le sondé 457 :

Zeus, car étant le plus puissant, pourrait placer ses subalternes dans les rôles ou positions où ils excellent.

La dimension artistique est laissée à Apollon, au caractère moins « réfléchi »(277) qu’Athéna ou que Zeus. Il est considéré comme le dieu de(s) (l’) art(s) par 67 des sondés. Le terme beaux-arts apparait même comme qualificatif du dieu à deux reprises (242 et 541). A l’inverse d’Athéna, son rôle est donc celui du spécialiste et du conservateur, comme le résume la réponse 453 : « Expert, inspirant, à la fois sujet de l’art et autorité suprême de ce domaine ». Il est le maitre du savoir car il en est le père, entouré des muses qui partagent avec lui cette expertise et sont souvent vues comme les gardiennes des arts. Étant plusieurs, elles représentent ainsi la diversité des formes artistiques (sondés 76 et 540) et la nécessité d’avoir un spécialiste dans chaque domaine pour pouvoir conserver et valoriser les œuvres. Cette légitimité leur vient de leur rôle d’inspiratrice, étant in fine à l’origine de tout ce qui se trouve dans les établissements muséaux. Avec elles et leur mère Mnémosyne, évoquée à 9 reprises, diriger un musée sous-entend être le gardien d’une mémoire artistique multiple dédiée à la contemplation du beau. Cette vision de la beauté dans l’art est associée à la déesse de l’Amour Aphrodite (cité 31 fois) et son fils Éros (7 fois). La déesse donnerait à voir le beau, pas uniquement dans les œuvres mais aussi entre l’institution et le public, y compris aussi dans la muséographie comme l’affirme le sondé 451 :

Aphrodite, elle saurait mettre une ambiance paisible pour apprécier parfaitement les œuvres exposés.

Le conservateur est donc le gardien du beau mais aussi celui qui doit être à sa recherche pour accentuer les collections de son institution. D’où par exemple ce choix du héros troyen Pâris :

424 – Pâris parce qu’après avoir choisi la plus belle des déesses, il saura quelles acquisitions réaliser pour le musée.

Ces personnages contribuent à donner ainsi une vision traditionnel du musée, fondé sur le beau, l’ordonné, l’esthétique. Elle renforce le lien fait par les sondés entre la mythologie et les beaux-arts : espace organisé en salles autour de peintures et sculptures issue de l’époque antique ou moderne où le visiteur déambule. Pourtant rien n’est moins simple et nos questionnaires mettent en lumière une réelle volonté d’une partie des sondés de voir les musées s’ouvrir vers les public par des approches ludiques et innovantes. Le tout ne s’oppose alors pas et peut rester complémentaire comme le montre ce choix d’Athéna du sujet 287 :

Athéna, déesse de la sagesse et de la guerre, elle posséderait à la fois le caractère instruit et avisé mais aussi la poigne et le leadership nécessaire à la direction d’un musée, à l’élaboration d’expositions attractives, érudites et innovantes et à la recherche de fonds et d’investisseurs. Le monde de la culture n’est pas un long fleuve tranquille. Patronne des artisans et de l’artisanat elle serait également ouverte à un dialogue entre beaux arts et arts appliqués, arts visuels et design donc, un des grands enjeux contemporains.

18- 601px-Bartholomeus_Spranger_-_Hermes_and_Athena_-_chateau de prague

II- Dionysos, Hermès et consort : un lieu drôle, ouvert, pédagogique

Aussi, certains choix de dieux montrent une claire volonté de rendre le musée plus accessible. Ainsi Hermès est le choix de 29 des sondés, Dionysos de 26 et Ulysse de 20 auquel on peut ajouter Prométhée ou Pan. Toutes ces personnalités en en commun d’être à des frontières et de les dépasser. Hermès est ainsi conducteur des âmes vers la mort, Prométhée a donné un élément des dieux aux hommes (le feu), et par l’ivresse et la bestialité Dionysos et Pan sont toujours à la lisière de la civilisation… A travers eux et le choix des sondés, se dresse ainsi une critique en creux des établissements culturels avec par exemple les sondés 215, 426 et 529 :

215-Dyonisos parce que ça rendrait le lieu bien plus sympathique. Les vieilles histoire sont souvent raconté par des vieux et on a l’impression que c’est chiant alors que non !
245- Hestia, étant la déesse du foyer elle pourrait rendre les musées accueillant pour tout le monde et permettre ainsi au gens de s’y intéresser pour une plus grande démocratisation du savoir.
529- Pan, le dieu pas vraiment dieu mais tellement à la mode, pour réunifier l »Art’ des musées et la culture populaire. Il ferait des musées ouverts en pleine nature mêlant performance, danse, dessin, peinture, sculpture, musique, jeux vidéo, cinéma et cuisine. Au moins.

Le danger d’un musée est ainsi d’être ennuyeux car trop ancien, fermé sur lui-même et sur ses œuvres, condamner à l’entre soi. Le plus important ne serait donc pas tant de savoir bien gérer ou étudier les œuvres mais de les valoriser et les rendre accessible. Le musée doit ainsi pour continuer à être visible, se lier aux cultures contemporaines. Si Hermès semble être le médiateur parfait pour instruire les visiteurs, la princesse crétoise Ariane est ainsi plébisciter par ce sondé :

447- Ariane, ni déesse, ni héroïne, elle est là pour accompagner et guider Thésée. C’est à mon sens la qualité d’un conservateur : Séduit par l’art et la transmission d’une connaissance à un public, il guide le visiteur dans un musée pour l’aider à lui donner les outils de compréhension.

Les œuvres peuvent sembler complexes et la médiation, à l’aide de la muséographie, de guides humains et numériques ou d’événementiel, est plus que nécessaire. Aussi plusieurs réponses tentent d’apporter des solutions :

47- Dionysos, il offrirait des cocktails dînatoires gratuits dans le musée
157- Clio, parce qu’elle saurait proposer une scénographie de nature à inspirer et à informer le visiteur

Bacchus-Disney

# Conclusion

Un musée est en fait, comme le panthéon gréco-romain : un agrégat de professionnels aux connaissances spécialisées. Et si notre question portait sur la personnalité la plus à même de diriger ce genre d’institution, la tête ne peut marcher qu’avec la collaboration des autres corps de métiers. Certains des sondés se sont ainsi prêter à une judicieuse répartition des tâches :

496- Zeus pour favoriser l’éclairage, Athéna pour approfondir les connaissances, Vesta pour favoriser la convivialité, Apollon pour mettre de la musique au musée, Aphrodite pour accentuer l’aspect esthétique, Poséidon pour mettre une ambiance ‘nature’, Asclépios pour donner vie aux scuptures ou pour faire en sorte que les employés ne soient jamais malades, Héphaïstos pour assurer des réparations rapides.

 

 

# Détail des 709 réponses du questionnaire

1- Athéna : 154 = 21, 6 %

2- Apollon : 131 = 18, 5 %

3- Zeus : 42 = 5,8%

4- Aphrodite : 31

5- Hermès : 29

6- Dionysos : 26

7- Muses : 24

8- Ulysse : 20

9- Poséidon : 16

10- Héphaïstos 14

Hercule : 10

Hadès : 10

Mnémosyne : 9

Clio : 8

Éros : 7

Prométhée : 6

Artémis : 6

Héra : 5

Arès : 4

Gaia : 4

Orphée : 4

Hestia 3

Ariane : 3

2 mentions : une déesse, Déméter, Thot, Pygmalion, Achille, Thor, Chiron, Perséphone = 16

1 mention : Méduse, Atlas, Médée, Chaos, Odin, Calliope, Janus, Quetzalcóatl, Persée, Loki, Isis, Tyr, Cassandre, Icare, Platon, Méduse, Victoire de Samothrace, Éole, Antigone, Harmonie,Circé, Saturne, Hécate, Hemera, Eurydice, Pâris, Écho, Benten, Iris, Damoclès, Pan, Bastet , Psyché, Arachné, Captaine Cook, Morphée, Pandore, Ouranos, AThlété, Nikos = 40

Je ne sais pas : 40 +45 = 85 : 12 %

Pas compris : 4

= 709 réponses

Voyage mythologique à … Calais

On continue notre visite de la mythologie dans les musées du Nord de la France en nous arrêtons cette fois-ci au Musée des beaux-arts de Calais !

P2140967.JPG

« Calais d’ici et d’ailleurs », c’est sous ce titre que le musée organise ses collections permanentes, à la suite de la première salle dédiée aux Bourgeois de Calais d’Auguste Rodin. Les œuvres mythologiques sont alors concentrées en grande partie avec d’autres œuvres de la religion chrétienne dans la première section de cet espace : Formes du Sacré / Figures du monument.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

plan-calais-2017

Autour de cette approche thématique, le musée prend le parti de faire côtoyer des œuvres d’époques très éloignées. Ainsi à l’entrée de la section trouve-t-on deux têtes. La première est une copie romaine en marbre d’un original grec qui représente Dionysos. A côté, trône une sphinge du sculpteur Joseph Bernard. Cet artiste dont la période d’activité se situe entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle était un adepte de ces formes archaïques, réalisées dans la taille directe de la pierre. Il dut se faire une place entre d’autres grands sculpteurs de l’époque comme Rodin ou Antoine Bourdelle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On retrouve d’ailleurs une œuvre de celui-ci juste en face. Il s’agit d’un buste en dépôt du Musée Bourdelle, de son fameux Héraklès archer. Cette sculpture qui représente le héros tuant les oiseaux du lac Stymphale connut une histoire singulière. Réalisée à partir de la pose du militaire Doyen-Parigot, elle fut achetée en exclusivité par une riche personnalité, Gabriel Thomas. Mais face au grand succès de l’œuvre au Salon de la Société nationale des beaux-arts et à de nombreuses demandes de fontes, l’artiste dût batailler avec Gabriel Thomas pour pouvoir autoriser des copies de son chef-d’œuvre. Celle de Calais date de 1971 et est au musée depuis 1973.

P2140986.JPG

A ses côtés, une autre grande figure mythologique est présente, celle d’Orphée dans une peinture d’Henri Regnault. Il s’agit d’une œuvre réalisée pour le concours du Grand prix de Rome de peinture en 1865 et dont le sujet était précisément : Orphée redemandant Eurydice aux divinités infernales.

P2140984.JPG

On retrouve tous les personnages du mythe : Orphée, Pluton, Perséphone, un Cerbère plutôt docile et même Mercure qui a sans doute guidé le héros. L’ambiance, assez froide et sombre, ne permit pas à Henri Renault d’avoir le Prix qu’il remporta l’année suivante avec un autre sujet mythologique : Thétis apportant à Achille les armes forgées par Vulcain.

Puis si vous allez plus loin, vous découvrirez un Narcisse, des Ménades…. Bref là aussi un très beau musée pour rêver ce mythes et de légendes !!

Pour allez plus loin :

Le site du musée : http://www.calais.fr/fr/Ville-de-Calais/envie-de-bouger/a-visiter-a-voir/musee-des-beaux-arts

Duel : Œdipe d’Ingres vs Médée de Delacroix !

Retour en arrière, nous sommes en décembre 2013 ! Arrive alors au Louvre à Lens pour un an, l’œuvre Oedipe explique l’énigme du sphinx de Jean-Auguste-Domininque Ingres. Chef d’œuvre mythologique du XIXe siècle, il m’amuse de l’opposer à l’œuvre de son concurrent de l’époque :la Médée Furieuse d’Eugène Delacroix, conservée au Palais des beaux-arts de Lille. Alors, c’est qui le plus fort ? Opposition en 5 points !

 

# Qui a peint le plus de mythologie ? Ingres

Chez Delacroix, à part la Médée Furieuse (qui l’a certes occupée un certain temps), pas d’autres œuvres d’importance. Alors que pour Ingres, tout s’est fait dans sa jeunesse : entre le moment où il a gagné le Grand Prix de Rome en 1801 et son voyage là-bas, il a peint outre Œdipe, de nombreux autres mythes : La Naissance de Vénus, le fameux Jupiter et Thétis, Romulus…

 

# Qui connait le plus ses textes antiques ? Delacroix

La plupart des peintres de l’époque devaient connaitre les grands auteurs de l’Antiquité. Ingres a bien dit que l’Iliade était « sa Bible » mais ici on ne s’occupe que de Médée et Œdipe. Delacroix s’est alors clairement inspiré de la tragédie du latin Sénèque pour la violence de sa magicienne. Pour Ingres, son Œdipe était avant tout une étude de nu masculin qu’il devait envoyer à Paris.

 

# Le héros le plus tragique ? Exæquos

Qui a eu la pire vie entre la terrible Médée qui poignarde ses deux enfants par jalousie ou Œdipe qui grâce à sa victoire sur le sphinx va épouser et coucher avec sa mère ?

 

# Quelle œuvre a été la mieux accueillie ? Médée

Les critiques parisiens n’ont pas été tendre avec la peinture d’Ingres. Il a du agrandir son tableau pour donner plus de force à la scène (avec un Sphinx plus développé et l’ajout du personnage qui s’enfuit). Alors que le tableau de Delacroix a dès son envoie au Salon de 1838 attiré tous les éloges. Voici par exemple les mots de l’écrivaine Georges Sand à Delacroix : « Je voudrais bien ne pas partir sans vous dire adieu, sans vous parler de Médée qui est une chose magnifique, superbe, déchirante : décidément vous êtes un fameux barbouilleur

 

# Laquelle a le plus de succès aujourd’hui ? Œdipe

Le problème de ces deux peintures, c’est qu’elles sont entourées d’autres chefs d’œuvres. Au Louvre ou à Lille, elles sont toujours bien exposées mais souffrent  de la Joconde, Vénus de Milo… à Paris et de Rubens, Donatello, Rodin à Lille. Or Œdipe a été mis sous le coup des projecteurs lors de sa venue au Louvre à Lens en 2014. Le musée a alors créé un programme rien que pour lui : théâtre, projection de films, ateliers pour enfants…

louvre-lens_-_la_galerie_du_temps_2014_-_206_-_rf_218_b

 

Bilan : Match-nul ! En tant que chercheur-médiateur tendant à l’objectivité, je ne pouvais pas prendre partie de toute manière.

# Pour en savoir plus : Les notices des œuvres dans leurs musées respectifs :

 

Quelles sont les œuvres mythologiques les plus connues ?

Aujourd’hui, petit article à partir des résultats d’une question de mon sondage :

Quelles sont les œuvres d’art mythologiques les plus connues ?

Vous pouviez me donner jusqu’à 3 exemples. J’ai dépouillé les 700 réponses et voici présentement votre TOP 15 !

1- Le grand vainqueur et de loin : La Naissance de Vénus, Botticelli (167 mentions )

1024px-sandro_botticelli_-_la_nascita_di_venere_-_google_art_project_-_edited

2- La Vénus de Milo (80 mentions)

front_views_of_the_venus_de_milo

3- L’Odyssée, Homère (49 mentions). Vous avez été très nombreux à insister sur le fait que la littérature, oui, est un art !

2000px-beginning_odyssey-svg

4- Le Groupe du Laocoon, Agésandre, Athénodore et Polydore (38)

5- L’Iliade, Homère (34)

6- La victoire de Samothrace (27)

7- Saturne dévorant ses enfants, Goya (23)

8- Les Sabines, David (21)

9- La Louve Capitoline (20)

10- Apollon et Daphné, Le Bernin (19)

11- Le rapt de Proserpine, Le Bernin (17)

12- Psyché ranimée par le baiser de l’Amour, Canova (15)

13- Les Frises, métopes, frontons du Parthénon (14)

14- Œdipe explique l’énigme du Sphinx, Ingres (12)

15- Athéna Parthenos, Phidias (12) (la seule œuvre…qui n’existe plus)

Les voici réunis dans un beau diaporama !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques petites remarques :

  • Y a pas photos, Botticelli écrase tout ! Sa Vénus est vraiment une image iconique de notre culture. Celle de Milo aussi.
  • La sculpture est l’art le plus présent : 9 sur 15, devant la peinture et la littérature. La mythologie évoque donc soit de vieilles sculptures un peu cassées ou de belles œuvres baroques conservées dans des galeries.
  • Les œuvres issues de l’Antiquité sont autant présentes que celles issues de l’époque Moderne. Entre les deux, une œuvre médiévale (La Louve, qui daterait du XII-XIIe siècle). Mais pas d’œuvres contemporaines.
  • 1/3 des œuvres sont exposées au Louvre. Est-ce parce une majorité de réponses vient de Français? Ou que cela confirme que le Louvre est bien un des plus grands musées du monde ?
  •  Homère, le maitre des mythes ? Il est loin devant Ovide (proche du top 15 avec 10 mentions). Intéressant aussi : l’écart entre L’Odyssée et l’Iliade. Les aventures d’Ulysse font plus rêver que les combats devant Troie.
  • Ce n’est qu’un Top 15. J’ai 12 pages d’œuvres diverses et variées que vous m’avez citées, j’en ai découvert plein, un grand merci . Et tous les arts sont représentés. Petit florilège : Ulysse 31, Les Métamorphoses de Narcisse de Dali, God of War,  Le poème de La Vénus Anadyomène de Rimbaud, Flight of Icarus d’Iron Maiden, le parfum Hermès, La Salière de Cellini….