Si une déesse ou un dieu grec dirigeait un musée, ce serait….

«  Si une déesse ou un dieu/héros grec dirigeait un musée, qui choisiriez-vous ? Pourquoi ?». Cette question peut sembler à première vue étrange, d’ailleurs elle a rebuté 12,6% des sondés de notre questionnaire mythologique (qui a eu un total de 709 réponses) qui ne savaient que répondre. Son but était de donner à voir une définition et vision du musée par le prisme de la mythologie grecque. Les réflexions de nombre des sondés ont ainsi souvent dépassé nos attentes, donnant lieu  à une vrai réflexion muséographique, comme le sujet 185 :

J’ai d’abord pensé à Orphée. Mais mettre un artiste au commande d’un musée me semble être une mauvaise idée Il risque de mettre en avant ses propres créations ou celle de son art uniquement. Puis me vient l’idée d’un roi puissant aimant les arts, mais c’est toujours difficile de laisser ce genre de structure culturel à un état. J’ai donc réfléchis à l’utilité d’un musée, Les musées servent à préserver les éléments de culture et à les présenter au public. c’est en quelque sorte le gardien de l’histoire et de la mémoire. Alors, qui d’autres que  Mnémosyne pourrait garder un tel endroit? Étant mère des Muses, elle est toute désignée pour cette tâche.

On a alors retrouvé une grande variété dans les noms cités (soixante-et-onze) qui sont pratiquement tous issus, eu égard à l’intitulé de la question, de la mythologie grecque. Un certain nombre de divinités sont choisis en lien avec leur domaine d’action pour des musés thématiques, notamment Poséidon pour des établissements liés à la mer ou Arès à la Guerre. Cependant la plupart semblent confirmer une vision traditionnellement admise des musées (des beaux-arts) centré sur la sagesse d’une direction forte et la beauté des œuvres. En effet, les deux dieux les plus plébiscités sont Athéna, choisie par 154 des sondés et Apollon par 131, secondés par Zeus, Aphrodite et les Muses.

Apollo_of_the_Belvedere

I- Athéna et Apollon : la raison et le beau

Athéna concentre en effet à elle seul plus d’1/5 des voix. C’est sa sagesse qui est avant tout mis en avant dans 49 réponses, loin devant son statut de déesse de la connaissance (13 réponses). Ces deux éléments sont déjà riches d’enseignements puisqu’il renvoi à deux postes à la tête de l’institution muséale : celui d’administrateur et celui de conservateur. Le premier dirige et gère l’établissement, le second étudie et expose les collections. Ainsi selon les sondés, un dirigeant de musée doit avant tout être un bon administrateur avant d’être un spécialiste de ce qu’il expose. Or dans la plupart des petites et moyennes structures, les deux postes sont gérés par une même personne. De même, chez certains sondés, Athéna cumule les deux fonctions comme dans la réponse 191 :

Probablement Athéna, car elle est entre autres la déesse du savoir, de l’intelligence. Elle pourrait donc en concevoir une gestion efficace et saurait donner un attrait et un intérêt aux œuvres présentées.

Mais le savoir est ici, autant celui lié à la gestion de projet, qu’à l’Histoire de l’Art pour valoriser aux mieux les collections. A travers les fonctions de la déesse, se développe l’idée que le musée est un lieu « sérieux » (452) qui doit avant tout être bien « dirigé » (211) et « gardé » (432) avec « poigne » et « efficacité » (191). L’intelligence d’Athéna lui permet donc avant d’être une bonne gestionnaire et ainsi de connaitre l’ensemble des aspects du musée. Le musée est perçu comme un établissement où les œuvres sont exposées de manière raisonnée et réfléchie et où tout obéit à une certaine logique. Le tout étant entretenu par le père d’Athéna, qui arrive en troisième position dans la liste des dieux plébiscités : Zeus, avec 42 voix. C’est surtout son rôle de dirigeant de l’Olympe qui est mis en avant. Par analogie, le chef du panthéon olympien est donc tout destiné à devenir le dirigeant d’un établissement culturel. Aussi, de la même manière qu’il a su donner à sa famille des taches et fonctions adéquates, il saurait déléguer avec mesure les taches au musée, comme le rappelle le sondé 457 :

Zeus, car étant le plus puissant, pourrait placer ses subalternes dans les rôles ou positions où ils excellent.

La dimension artistique est laissée à Apollon, au caractère moins « réfléchi »(277) qu’Athéna ou que Zeus. Il est considéré comme le dieu de(s) (l’) art(s) par 67 des sondés. Le terme beaux-arts apparait même comme qualificatif du dieu à deux reprises (242 et 541). A l’inverse d’Athéna, son rôle est donc celui du spécialiste et du conservateur, comme le résume la réponse 453 : « Expert, inspirant, à la fois sujet de l’art et autorité suprême de ce domaine ». Il est le maitre du savoir car il en est le père, entouré des muses qui partagent avec lui cette expertise et sont souvent vues comme les gardiennes des arts. Étant plusieurs, elles représentent ainsi la diversité des formes artistiques (sondés 76 et 540) et la nécessité d’avoir un spécialiste dans chaque domaine pour pouvoir conserver et valoriser les œuvres. Cette légitimité leur vient de leur rôle d’inspiratrice, étant in fine à l’origine de tout ce qui se trouve dans les établissements muséaux. Avec elles et leur mère Mnémosyne, évoquée à 9 reprises, diriger un musée sous-entend être le gardien d’une mémoire artistique multiple dédiée à la contemplation du beau. Cette vision de la beauté dans l’art est associée à la déesse de l’Amour Aphrodite (cité 31 fois) et son fils Éros (7 fois). La déesse donnerait à voir le beau, pas uniquement dans les œuvres mais aussi entre l’institution et le public, y compris aussi dans la muséographie comme l’affirme le sondé 451 :

Aphrodite, elle saurait mettre une ambiance paisible pour apprécier parfaitement les œuvres exposés.

Le conservateur est donc le gardien du beau mais aussi celui qui doit être à sa recherche pour accentuer les collections de son institution. D’où par exemple ce choix du héros troyen Pâris :

424 – Pâris parce qu’après avoir choisi la plus belle des déesses, il saura quelles acquisitions réaliser pour le musée.

Ces personnages contribuent à donner ainsi une vision traditionnel du musée, fondé sur le beau, l’ordonné, l’esthétique. Elle renforce le lien fait par les sondés entre la mythologie et les beaux-arts : espace organisé en salles autour de peintures et sculptures issue de l’époque antique ou moderne où le visiteur déambule. Pourtant rien n’est moins simple et nos questionnaires mettent en lumière une réelle volonté d’une partie des sondés de voir les musées s’ouvrir vers les public par des approches ludiques et innovantes. Le tout ne s’oppose alors pas et peut rester complémentaire comme le montre ce choix d’Athéna du sujet 287 :

Athéna, déesse de la sagesse et de la guerre, elle posséderait à la fois le caractère instruit et avisé mais aussi la poigne et le leadership nécessaire à la direction d’un musée, à l’élaboration d’expositions attractives, érudites et innovantes et à la recherche de fonds et d’investisseurs. Le monde de la culture n’est pas un long fleuve tranquille. Patronne des artisans et de l’artisanat elle serait également ouverte à un dialogue entre beaux arts et arts appliqués, arts visuels et design donc, un des grands enjeux contemporains.

18- 601px-Bartholomeus_Spranger_-_Hermes_and_Athena_-_chateau de prague

II- Dionysos, Hermès et consort : un lieu drôle, ouvert, pédagogique

Aussi, certains choix de dieux montrent une claire volonté de rendre le musée plus accessible. Ainsi Hermès est le choix de 29 des sondés, Dionysos de 26 et Ulysse de 20 auquel on peut ajouter Prométhée ou Pan. Toutes ces personnalités en en commun d’être à des frontières et de les dépasser. Hermès est ainsi conducteur des âmes vers la mort, Prométhée a donné un élément des dieux aux hommes (le feu), et par l’ivresse et la bestialité Dionysos et Pan sont toujours à la lisière de la civilisation… A travers eux et le choix des sondés, se dresse ainsi une critique en creux des établissements culturels avec par exemple les sondés 215, 426 et 529 :

215-Dyonisos parce que ça rendrait le lieu bien plus sympathique. Les vieilles histoire sont souvent raconté par des vieux et on a l’impression que c’est chiant alors que non !
245- Hestia, étant la déesse du foyer elle pourrait rendre les musées accueillant pour tout le monde et permettre ainsi au gens de s’y intéresser pour une plus grande démocratisation du savoir.
529- Pan, le dieu pas vraiment dieu mais tellement à la mode, pour réunifier l »Art’ des musées et la culture populaire. Il ferait des musées ouverts en pleine nature mêlant performance, danse, dessin, peinture, sculpture, musique, jeux vidéo, cinéma et cuisine. Au moins.

Le danger d’un musée est ainsi d’être ennuyeux car trop ancien, fermé sur lui-même et sur ses œuvres, condamner à l’entre soi. Le plus important ne serait donc pas tant de savoir bien gérer ou étudier les œuvres mais de les valoriser et les rendre accessible. Le musée doit ainsi pour continuer à être visible, se lier aux cultures contemporaines. Si Hermès semble être le médiateur parfait pour instruire les visiteurs, la princesse crétoise Ariane est ainsi plébisciter par ce sondé :

447- Ariane, ni déesse, ni héroïne, elle est là pour accompagner et guider Thésée. C’est à mon sens la qualité d’un conservateur : Séduit par l’art et la transmission d’une connaissance à un public, il guide le visiteur dans un musée pour l’aider à lui donner les outils de compréhension.

Les œuvres peuvent sembler complexes et la médiation, à l’aide de la muséographie, de guides humains et numériques ou d’événementiel, est plus que nécessaire. Aussi plusieurs réponses tentent d’apporter des solutions :

47- Dionysos, il offrirait des cocktails dînatoires gratuits dans le musée
157- Clio, parce qu’elle saurait proposer une scénographie de nature à inspirer et à informer le visiteur

Bacchus-Disney

# Conclusion

Un musée est en fait, comme le panthéon gréco-romain : un agrégat de professionnels aux connaissances spécialisées. Et si notre question portait sur la personnalité la plus à même de diriger ce genre d’institution, la tête ne peut marcher qu’avec la collaboration des autres corps de métiers. Certains des sondés se sont ainsi prêter à une judicieuse répartition des tâches :

496- Zeus pour favoriser l’éclairage, Athéna pour approfondir les connaissances, Vesta pour favoriser la convivialité, Apollon pour mettre de la musique au musée, Aphrodite pour accentuer l’aspect esthétique, Poséidon pour mettre une ambiance ‘nature’, Asclépios pour donner vie aux scuptures ou pour faire en sorte que les employés ne soient jamais malades, Héphaïstos pour assurer des réparations rapides.

 

 

# Détail des 709 réponses du questionnaire

1- Athéna : 154 = 21, 6 %

2- Apollon : 131 = 18, 5 %

3- Zeus : 42 = 5,8%

4- Aphrodite : 31

5- Hermès : 29

6- Dionysos : 26

7- Muses : 24

8- Ulysse : 20

9- Poséidon : 16

10- Héphaïstos 14

Hercule : 10

Hadès : 10

Mnémosyne : 9

Clio : 8

Éros : 7

Prométhée : 6

Artémis : 6

Héra : 5

Arès : 4

Gaia : 4

Orphée : 4

Hestia 3

Ariane : 3

2 mentions : une déesse, Déméter, Thot, Pygmalion, Achille, Thor, Chiron, Perséphone = 16

1 mention : Méduse, Atlas, Médée, Chaos, Odin, Calliope, Janus, Quetzalcóatl, Persée, Loki, Isis, Tyr, Cassandre, Icare, Platon, Méduse, Victoire de Samothrace, Éole, Antigone, Harmonie,Circé, Saturne, Hécate, Hemera, Eurydice, Pâris, Écho, Benten, Iris, Damoclès, Pan, Bastet , Psyché, Arachné, Captaine Cook, Morphée, Pandore, Ouranos, AThlété, Nikos = 40

Je ne sais pas : 40 +45 = 85 : 12 %

Pas compris : 4

= 709 réponses

Publicités

Exposition : Mythologie et art contemporain

De la mythologie, de l’art contemporain et de la bonne médiation,

tout ça gratuitement ?

C’est en ce moment et jusqu’au 4 juin au Colysée de Lambersart près de Lille sous le nom:

« Écho, résonance des mythes grecs antiques »

echoo

J’ai fait un comte-rendu de cette exposition sur le site Insula, à retrouver ici :

http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2017/04/echo-resonance-des-mythes-grecs-antiques/

Mythologie et réseaux sociaux : Vive le Musée Saint-Raymond !

Il y a des musées comme ça que j’adore. Soit car j’ai fait des choses chez eux, soit car leurs expositions et médiations sont géniales et inventives, souvent les deux. J’aime d’autant plus ceux qui croient comme moi que pour attirer du public au musée, il faut passer par l’humour, la dérision, la pédagogie…

Le Musée Saint-Raymond de Toulouse fait alors partie de mes coups de cœurs. Parmi toutes les raisons possibles, attardons-nous principalement aujourd’hui sur :

leur utilisation fantastique des réseaux sociaux !

Bon bien sûr me direz-vous, il faut y être inscrit. Mais que diable, rien que pour ce musée (qui expose un nombre incroyable de statues et œuvres antiques soit dit en passant), cela vaut le coup. Prenez-vous un faux compte et allez sur Facebook; Twitter ou Pinterest ! Vous pourrez par exemple découvrir des choses comme ça :pininterest

ou encore

Vénus

et plein d’autres choses encore…

J’ai identifié quatre raisons à cette grande diversité et liberté de ton :

  • Primo : Valoriser leur riche événementiel ! Comme en dessus autour d’un speed-dating au sein du musée ou pour le MuseoMix de l’année dernière auquel j’ai participé, ou bien sûr pour leurs expositions temporaires. C’est le but des réseaux sociaux à la base : informer au jour le jour de ce qui se passe, donner de l’actualité, être présent sur la toile.
  • Secondo : Créer du lien, une promiscuité avec le (futur) visiteur, en partant de ce qu’il aime, de ce qu’il connait. Le toucher pour finalement arriver à le faire venir, comme ces vœux pour la nouvelle année :

voeux

Tertio : Apprendre des choses. On parle beaucoup de désinformation en ce moment avec les élections, mais les musées ont aussi une carte à jouer pour expliquer, raconter en quelques phrases des mythes, des œuvres, des expressions….

pâris

Cette dernière image est très intéressante puisque avec Twitter le nombre de caractères est limité…sauf si on prend une photo avec du texte dessus ! Il y a aussi d’autres thèmes secondaires, comme valoriser la boutique, créer du réseau avec d’autres partenaires, relayer ce qui se fait ailleurs en lien avec le musée… Moi ce que j’aime c’est vraiment leur humour, présent partout !

noel

Bref, les réseaux sociaux sont donc un vrai outil pour les musées d’aujourd’hui. Cela est d’autant plus vrai avec la mythologie qui s’y prête bien avec tout ce qu’on peut faire avec. Le Musée Saint Raymond de Toulouse en est donc un parfait exemple, avec bien sûr comme finalité : d’aller, un jour, y faire un petit tour !

 

Allez donc sur leur site : http://saintraymond.toulouse.fr/ qui vous renverra vers tout ce que le musée fait sur les réseaux et abonnez-vous 🙂 !

Puis allez-voir leur nouvelle exposition, un projet qui me tient à coeur et qui prend une place certaine dans ma thèse : http://saintraymond.toulouse.fr/Le-Vase-qui-parle_a881.html

 

 

Voyage mythologique à … Calais

On continue notre visite de la mythologie dans les musées du Nord de la France en nous arrêtons cette fois-ci au Musée des beaux-arts de Calais !

P2140967.JPG

« Calais d’ici et d’ailleurs », c’est sous ce titre que le musée organise ses collections permanentes, à la suite de la première salle dédiée aux Bourgeois de Calais d’Auguste Rodin. Les œuvres mythologiques sont alors concentrées en grande partie avec d’autres œuvres de la religion chrétienne dans la première section de cet espace : Formes du Sacré / Figures du monument.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

plan-calais-2017

Autour de cette approche thématique, le musée prend le parti de faire côtoyer des œuvres d’époques très éloignées. Ainsi à l’entrée de la section trouve-t-on deux têtes. La première est une copie romaine en marbre d’un original grec qui représente Dionysos. A côté, trône une sphinge du sculpteur Joseph Bernard. Cet artiste dont la période d’activité se situe entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle était un adepte de ces formes archaïques, réalisées dans la taille directe de la pierre. Il dut se faire une place entre d’autres grands sculpteurs de l’époque comme Rodin ou Antoine Bourdelle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On retrouve d’ailleurs une œuvre de celui-ci juste en face. Il s’agit d’un buste en dépôt du Musée Bourdelle, de son fameux Héraklès archer. Cette sculpture qui représente le héros tuant les oiseaux du lac Stymphale connut une histoire singulière. Réalisée à partir de la pose du militaire Doyen-Parigot, elle fut achetée en exclusivité par une riche personnalité, Gabriel Thomas. Mais face au grand succès de l’œuvre au Salon de la Société nationale des beaux-arts et à de nombreuses demandes de fontes, l’artiste dût batailler avec Gabriel Thomas pour pouvoir autoriser des copies de son chef-d’œuvre. Celle de Calais date de 1971 et est au musée depuis 1973.

P2140986.JPG

A ses côtés, une autre grande figure mythologique est présente, celle d’Orphée dans une peinture d’Henri Regnault. Il s’agit d’une œuvre réalisée pour le concours du Grand prix de Rome de peinture en 1865 et dont le sujet était précisément : Orphée redemandant Eurydice aux divinités infernales.

P2140984.JPG

On retrouve tous les personnages du mythe : Orphée, Pluton, Perséphone, un Cerbère plutôt docile et même Mercure qui a sans doute guidé le héros. L’ambiance, assez froide et sombre, ne permit pas à Henri Renault d’avoir le Prix qu’il remporta l’année suivante avec un autre sujet mythologique : Thétis apportant à Achille les armes forgées par Vulcain.

Puis si vous allez plus loin, vous découvrirez un Narcisse, des Ménades…. Bref là aussi un très beau musée pour rêver ce mythes et de légendes !!

Pour allez plus loin :

Le site du musée : http://www.calais.fr/fr/Ville-de-Calais/envie-de-bouger/a-visiter-a-voir/musee-des-beaux-arts

Culture Geek et dieux Égyptiens : Merci la Belgique !

Une fois n’est pas coutume, parlons d’une autre mythologie, celle de l’Égypte antique.

C’est que le sujet valait la peine de faire du covoiturage, train et bus pour arriver dans le bel écrin de verdure du Musée Royal  de Mariemont en Belgique. En effet, un musée qui propose d’explorer les liens entre mythologie et séries tv, jeux-vidéo, comics… : comment ne pas tout faire pour découvrir cette audace tant espérée dans un musée !

Et le moins que l’on puisse dire c’est que je n’ai pas été déçu ! Vous arrivez et vous êtes accueillis par..la Porte des Étoiles du film Stargate !

IMAG3652

Puis une fois dans l’exposition…que du bonheur. Les textes sont à la fois claires et précis : Qu’est ce que c’est « être geek » , l’égyptomanie ? Vous voyagez entre les costumes et storyboards du film et de la série Stargate. Un mur montre les phrases les plus drôles de la série. Ma préférée ? J’ai un petit faible pour le personnage de Jack et son « Un Seth à zéro ! »

Puis la deuxième partie de l’expo est une salle de rêve. Sont exposés Age of Mythology et Lara Croft, des jeux de sociétés déployés, des figurines, des livres, comics sans oublier des créations de fans.

Vous croyez alors que c’est fini ? Le musée a alors eu l’intelligence de prévoir une deuxième exposition sur les « Dieux, Génies et démons en Égypte ancienne » avec de magnifiques statuettes, reliefs… Ainsi vous avez les deux visions et voyez les liens ou transformations entre les deux époques.

J’y ai donc passé….4h ! Car encore je ne vous parle pas du super jeu vidéo des collections permanentes, de tous les outils de médiations, de l’album d’expo à juste 5 euros…

Bref, cela est assez jouissif de rencontrer un Musée qui ose ce genre de chose et qui en plus le fait bien ! Je rêverais de faire la même chose avec la mythologie grecque. En plus je commence à rassemblé les objets pour. Alors Musée de Mariemont, une exposition prévue sur les dieux grecs et la culture geek ?

Voici le lien vers le site du Musée :

http://www.musee-mariemont.be/

Voyage mythologique à…. Bailleul

En ce jour de la Nuit des Musées, je me lance dans une nouvelle rubrique : décrire la richesse mythologique des musées de la région que j’étudie. J’en ferai un par mois.

En commence avec un musée que j’adore : Le musée Benoît-De-Puydt de Bailleul.

719px-Bailleul_musee

Pour résumer sa collections d’œuvres mythologiques, je dirais : diversité, cabinets, Ovide !

# Diversité : d’une copie de la Médée Furieuse de Delacroix, en passant par une œuvre contemporaine de l’artiste Michael Kay, de plaques de faïences à des cabinets peints du XVIIe siècle : les supports sont variés et magnifiques. Voici par exemple l’enlèvement d’Hélène vu par Michael Kay :

IMAG1702

# Cabinets : Trois cabinets exposés montrent de nombreuses scènes mythologiques. Il s’agit de meubles où les bourgeois rangeaient leurs effets personnels. Le « Grand Cabinet » fut exposé au Louvre-Lens dernièrement, et concernant les deux autres, nous sommes en plein travail dessus. En effet, nous aurions identifié de nouvelles scènes ! Mais venez déjà admirer l’enlèvement d’Europe, Persée et Méduse, Orphée et Eurydice…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

# Ovide : Dans les cabinets ou sur de magnifiques plaques en émail de Limoges, Les Métamorphoses d’Ovide sont partout ! Observez toutes les transformations de Narcisse, Vertumne et Pomone, Daphné, Adonis…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En plus l’équipe du musée est très gentille et accessible, il y a des jeux pour les enfants, des fiches de salles… Bref un très bel endroit avec lequel je collabore avec joie !

Petit lien vers le musée  ici : http://www.ville-bailleul.fr/index.php/Mus%C3%A9e?idpage=121&afficheMenuContextuel=true

Les mythes fondateurs du Louvre

 

Nouvel article publié dans le blog de la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de Lille 3 Insula !

Je décris et analyse quelque peu l’exposition qui se déroule en ce moment dans la Petite Galerie du Louvre sur les Mythes fondateurs, d’Hercule à Dark Vador

A découvrir ici :

http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2016/04/des-mythes-fondateurs-au-louvre/

La BD mythologique au Musée !

On continue, avec le blog Insula, mes petites visites d’expositions avec celle que j’ai visité en août dernier au Musée de Saint-Romain-en-Gal  en lien avec une BD mythologique.

Merci encore à la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de Lille 3 ,et à Monsieur Christophe Hugo pour sa confiance.

Voici donc l’article à cette adresse

http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2015/12/les-petits-mythos-sont-venus-au-gallo/

DSC09434

Promis, pour le prochain billet, je parlerai d’expositions qui ne seront pas déjà terminées !

Le musée préféré d’Ulysse est…

Puis-je me permettre un jeu de mot qui m’est venu après une faute de frappe ?

Savez-vous quel musée du Nord adore les histoires d’Ulysse, puisqu’il en possède deux magnifiques tableau, comme celui-ci, peint par Léon Belly au XIXe siècle?

g2018003_4

Non ?

Vous donnez votre langue au chat ?

Eh bien, il s’agit du musée de…. Saint-Omer (Homère !)

Après tout cet auteur de L’Odyssée est considéré comme un Saint pour tous les amoureux de la mythologie.

Les métamorphoses d’Ovide au Louvre-Lens

Une exposition mythologique dans le Nord :

Que demander de plus ?

A force de montrer à tous les professionnels l’intérêt d’une telle thématique, je suis heureux que Monsieur Gaudichon et le Louvre-Lens s’en servent pour exposer les histoires des dieux et des héros.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 Visible jusqu’en mars, elle est gratuite et se situe dans le pavillon de verre, derrière la Galerie du Temps.

Divisé en trois espaces, elle expose magnifiquement des peintures, sculptures, dessins, de nombreux musées de la région. Mention spécial au cabinet peint de Bailleul et au tympan de Pyrame et Thisbé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On pourra regretter que les mythes ne soient pas beaucoup expliqués, ni dans les cartels, ni dans le livre de visite. Pour ceux qui ne connaissent pas la mythologie, c’est bien dommage.

Le dispositif pour créer sa propre toile d’araignée (comme la jeune fille transformée en cet animal par Athéna) est bien pensé, mais l’espace bibliothèque reste trop spécialisé.

En bref, une exposition magnifique à voir pour les œuvres, mais à faire accompagner de quelqu’un qui s’y connaît (surtout pour les enfants) ou à lier avec une des nombreuses activités du musée sur l’exposition (leurs ateliers sont vraiment très ludiques).

Pour un avis plus poussé, voici mon compte-rendu pour le blog de la bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de Lille 3 :

http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2016/01/a-propos-de-l-exposition-metamorphoses-au-louvre-lens/