La « Salade mythologique » de Pierre Perret

Mon premier concert de musique, c’était quand mes parents m’ont emmené voir Pierre Perret alors que j’avais 5-6 ans ! Aussi, j’ai toujours eu beaucoup d’affection pour ce très grand chanteur.

Saviez-vous alors qu’en 2014, dans son album « Drôle de Poésie » (chez Naïve Records), il a sorti une chanson où il arrive à caser plus de 150 personnages mythologiques, tout en jeux de mots ? Cela s’appelle « Salade mythologique », une histoire de fesses, mais avec poésie bien sûr.

800px-Pierre_Perret_20101009_Aix-en-Provence_41

Le lien vers la titre ici : https://www.youtube.com/watch?v=CSMSfu4luEs

Puis voici les paroles (régalez-vous !)

Pénélope Enée d’Héra j’ vous Promethée
Il faut que j’ vous Archonte Ulysse Troie
J’étais déjà Vénus à Paris
Et j’ m’étais Borée d’Homère Encelade
C’était Bellorophon de mon Nestor-Mac
Et de l’Esope-Phage
Comme j’étais déjà Pompée et Archéron
Peu s’en Phallus que je ne dé-Gorgias
C’était pas encor Tartare à Cythère
Il était Tian tout juste une Euridyce
J’enfile ma p’tite Hélène et je Melpomène
Aux Champs-Elysées

Mais Plutarque alors que j’étais hors d’Hélène
Je hèle un phatéon à deux Pégases
Et je m’ Carpathes chez M’ Atalante
Qui est vous l’ savez la sœur de l’oncle Procné
J’arrive enfin au Terme avec mon Colchique
Pour voir Philomène
J’frappe à sa Cambyse et Pan Atrée Memphis
Mon cher Pythie tu arrives fort Atropos

Lathée au fond de Saturne à cheval sur
L’Anchise Percée et en train d’Uranie
Ou j’ crois Pluton Galathée occupée
A s’ Tityre le lycaon

Quand j’Atrée Gynécée comment elle Cypris
Mais d’un Paphos sur le Dédale Numide
Elle laissa tomber ses Jupiter
Elle fit le grand Icare et je lui ai Vulcain
Pollux comme un castor elle Circé poils
Afin qu’ils Narcisse.
Je me jette à ses Junon elle est Cybèle
J’attrap’ ses gros Titrons qui Prométhée
Elle Tytyre mon Dardamus qui s’allonge
Dès qu’elle Léda le voilà qui Erèbe
J’y fais Minos mais elle dit tu Minerve
Arès tu m’Ajax

Je Laïs s’Ulysse mais j’ l’ai Chloé trop bas
Alphée Castor elle avance Hercule
Orphée-le moi dit-elle j’suis Pallas
Ça l’a Musée alors je lui Myrmidon
J’ lui Amphitrite Amphion et j’en Coloquinte
Six dans le Triton
J’en Tircis mais j’ suis Pompée ça m’est Pomone
Bien sûr que ça Morphée Pallas Antée
Que Cérès si j’avais pas ma Proserpine
Elle seule me dit quel bel Atlas tu as
J’aime que tu mettes l’Epéus Amazone
Même Laodomie

Elle Saturne et je l’Hercule Persée Troie fois
Dans la ligue me’ Diane D’Ephèse
Fallait-il que Janus dans mes Deucalion
Mais au plus fort de l’Ixion Latone comme l’Etna
Ce Tyr est v’nu quand elle fît le grand Icare
Egérie d’bon cœur!
Hébé dis-je ma belle nous Jason du Sphinx-ter
Ton p’tit Lycus ne peut-il plus Cythère
Du coup son beau Clytie devint Clotho
Et Sésostris de penser qu’on était Vénus
En Cybèle forme et qu’on en avait pourtant
Seulement Lachésis!

Malgré tout il était temps qu’ Scylla Phénice
C’est Beaucis plus que je m’le Prométhée
Hélas avant la fin de l’Alcmène
Je m’ suis mis à Psychée des lames de rasoir
Alors que Phaéton en un pareil cas
On centaure Lapithes
Mais l’ mal empyrée de Charybde en Scylla
J’ai vite passé un coup de Tisiphone
L’Esculape m’a r’filé un Andromède
Lacédémone me fît Uranie mieux
Sinon eut-il fallu qu’on m’ la Cupidon
L’Armide Epire que l’ mal
Agamemnon jamais!

Une chanson pour GiedRé

Grâce à l’agence Shaddok (http://www.shaddok.com/shaddok) et à leur jeu concours sur « La Chronique » j’ai gagné des places pour aller voir GiedRé le 9 novembre au Splendid de Lille. J’adore cette chanteuse, aussi je me suis amusé à écrire une chanson « mythologique » dans le style de cette artiste. Sans espérer que GiedRé lise ce texte et le chante un jour (on peut toujours rêver non ?), je me suis déjà bien amusé.

paleo_2016_-_giedre-10_27872850014

Je vous préviens cependant tout de suite, c’est assez trash et humour noir. Vous êtes prévenus !

 

La mythologie, c’est la vie !

 

 Couplet 1 :

Zeus le roi des dieux,

Est un mec qui n’a pas froid aux yeux.

Et pendant que sa femme dort,

Décide de se balader,

Se transforme en pluie d’or,

Pour se payer la pute Danaé.

Toujours sa foudre à l’air,

Il devient zoophile :

En cygne, en taureau ou en aigle,

Se fait des meufs et des princes à la file.

 

Refrain :

On raconte aux enfants

Que des contes trop mignons,

Or pour les préparer à la vie

Moi je préfère la mythologie !

 

Plutôt que de se quereller sur nos religions,

De Jésus, Allah ou Jéhovah, le gagnant ?

Mieux vaut parler des histoires de fesses,

De nos anciens dieux et déesses.

 

 Couplet 2 :

Hercule le beau gosse,

Un jour qu’il avait trop bu

A trucidé tous ses gosses

Et sa femme pleine de vertus.

Sans appel est le jugement pour le héros :

12 travaux d’intérêts généraux.

Puis il devient l’esclave sexuel

De la belle reine de Lydie,

Tisse pour elle de beaux tapis,

Et se travesti pour être sa belle.

 

Refrain

 

 Couplet 3 :

Moi mon préféré c’est le prince Pâris,

Qui un jour a sorti sa tour Eiffel,

La belle reine Hélène en a rit

Et pourtant s’est enfuie avec lui.

Ce petit coup de quéquette,

N’a pas fini en ginguette,

Mais en une guerre de 10 ans

Qui a zigouillé des millions de gens.

Les dieux ont tous bien rigolé, assis devant leur TV,

Se divertir de la misère, c’a existe depuis des millénaires.

 

Refrain

 

 

Fête de la musique : groupe lillois de métal mélodique !

C’est lors du Festival Jeune Chercheur dans la Cité que j’ai rencontré Marie et Max, membres du groupe de Métal Alwaid. On a alors parlé de mythologie et de musique et je leur ai promis d’aller les voir au Black Night Rock Café de Lille lors de la fête de la Musique. Moi qui n’ai jamais trop écouté trop ce style musical, j’ai été agréablement surpris et ai passé une bonne soirée.

Et les dieux grecs dans tout cela me direz vous ? Eh bien justement ! Marie m’a fait découvrir de nombreuses chansons sur cette thématique dans l’univers du métal, de quoi faire une énorme compile. D’ailleurs son groupe lui même a fait une chanson sur le sujet : Asphodels, que vous pouvez voir sur Youtube ici avec leur nouveau clip:

Concernant ce que dit la chanson, je ne peux que vous renvoyer sur leur site Internet qui en parle très bien.

http://www.alwaidband.com/#!asphodels/chr6

On peut alors comprendre les  nombreuses thématiques qui lient ce style de musique avec tout un pan de l’univers mythologique qui peut être sombre, nostalgique et rempli de sentiments et de passions. Donc vraiment une belle découverte !

Percussion, Cassandre et Opéra !

 

Magistral, surprenant, étourdissant !

C’est ainsi que je décrirais la dernière partie d’un récital que j’ai pu voir à l’Opéra de Lille, mardi 3 mai, consacré à l' »Antiquité et la Mythologie » avec ce programme là.

opéra Lille

Bon autant vous le dire tout de suite, je ne suis pas un grand spécialiste de tout cela. Il m’arrive souvent de m’ennuyer, même si je trouve la musique très belle. Schubert, c’était sympa mais je trouvais que le pianiste n’allait pas assez à fond.

Puis là, tout d’un coup, le Kassandra du compositeur contemporain Xenakis est arrivé. Dans ce morceau en grec, le baryton joue à la fois le rôle de Cassandra, la folle princesse troyenne que personne ne croit, mais aussi son contradicteur masculin. La voix est accompagnée de percussions puissantes. Cette version avec le chanteur Georg Nigl fut alors incroyable ! On avait l’impression d’être dans un théâtre antique ou même dans le théâtre nô japonais. J’étais debout tout le temps, transporté par la voix, les intonations. On entrait dans la folle folie du personnage, dans sa rage, son impuissance. Je n’aime généralement pas la musique classique contemporaine, mais là !!

Aussi, je vous laisse découvrir ce morceau (même si je trouve cette version sur youtube beaucoup moins bonne que celle que j’ai vu à Lille)

Hermaphrodite chanté par Genesis

Voilà sans doute un des tubes tirés de la mythologie que je préfère !

Fountain of Salmacis de Genesis

maxresdefault

Il raconte l’histoire du fils d’Hermès et d’Aphrodite, Hermaphrodite qui se fait unir à la nymphe Salmacis et possèdera donc les deux sexes.

Déjà…..c’est juste beau. Les instruments, les voix, le tout crée une ambiance de conte chanté assez remarquable. On n’entend pas tout, les chanteurs sont plus ou moins loin du micro, mais on s’en fiche, c’est juste beau. Phil Collins qui joue le narrateur et Peter Gabriel, Hermaphrodite et Salmacis, se répondent parfaitement.

Après, je ne comprends pas grand-chose à l’anglais, mais votre humble serviteur a fait des recherches. Et le texte est lui aussi en tout point remarquable, suivant à la lettre Ovide avec de belles rimes anglaises. Petit extrait (source http://www.lacoccinelle.net)

The water tasted strangely sweet
Etrangement, l’eau avait un goût sucré
Behind him a voice called again
Derrière lui, une voix l’appela de nouveau
He turned and saw her in a cloak of mist alone
Il se retourna et la vit, vêtue seulement d’une cape de brume
And as he gazed, her eyes were filled with the darkness of the lake.
Et lorsqu’il la regarda, ses yeux étaient emplis des ténèbres du lac
(Salmacis/Peter Gabriel) « We shall be one, we shall be joined as one »
(Salmacis)  » nous devons nous unir, nous devons ne faire qu’un « 

Alors, convaincu ?

La terrible boite de Pandore par MC Solaar ….et Julie Zenatti

La variété française ne parle pas que d’amour et d’eau fraîche ; parfois elle s’aventure aussi chez les dieux et héros grecs. En voici un premier exemple avec le mythe de Pandore !

boite de pandore

Il s’agit d’un duo entre le chanteur rap MC Solaar (que j’aime beaucoup) et Julie Zenatti (un peu moins). L’histoire du mythe ? Il est raconté dès le début de la chanson:

« Selon la mythologie,
Jadis, les hommes vivaient sans femmes
Ne connaissaient ni fatigue ni vieillesse, ni souffrance

Zeus donna naissance à une créature du sexe féminin
Parée de tout les dons
Belle, intelligente, rusée, futée et désirable
Mais Pandora, c’est son nom, ouvre les jarres,
De ce vase jaillissent la souffrance, la mort, le vol et puis le crime
Sa main à ouvert la boite de Pandore
Et je suis sûre que son cœur aurait voulu la refermer .

J’aime beaucoup la voix de MC Solaar calme, posée, juste parfaite pour raconter des histoires. Julie Zenatti, elle, semble en faire un peu trop. La chanson serait parfaite en format 3min30, car après ce n’est malheureusement que de la répétition. Mais bon, rien que pour le début…

À écouter ici :

https://www.youtube.com/watch?v=P__HYngTXtA