Une métamorphose à Bailleul

Apollon et Daphné, Atelier de Pierre Reymond

Plaque de coffret, émail en plein sur cuivre , Limoges XVIe siècle. Inv : 992.11.70 Dimensions : largeur : environ 9 cm ; hauteur : 6 cm, Bailleul, Musée Benoît­ De­ Puydt

Reproduction

© Musée Benoît-De-Puydt

 

Faisant partie d’un ensemble de dix pièces, cette petite œuvre montre l’influence du mouvement de la Renaissance à Limoges.

Cette ville est alors très importante au Moyen Âge grâce à son abbaye de Saint-Martial, premier évêque de la ville et protecteur contre le Mal des Ardents ou feu de Saint Antoine. Il est vénéré par les habitants mais aussi par les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle. Des artisans se spécialisent pour leur vendre des souvenirs religieux. Leur art se répand et à la fin du Moyen Âge, l’émail de Limoges est célèbre dans tout l’Occident chrétien. Les ateliers sont dirigés par des maîtres, comme Pierre Reymond, qui fondent de véritables dynasties. Le goût des nobles et des bourgeois s’oriente plus tard vers les sujets mythologiques. Les émailleurs s’inspirent alors de gravures et de monuments anciens pour créer leurs compositions en émail peint.

Le musée de Bailleul possède dix plaques de cette période, exposées ensemble. L’une d’elles décrit la fin de l’histoire de Daphné et Apollon.

Apollon, dieu des arts et de la lumière, se moque de Cupidon qui tend son petit arc. Celui-ci décide de se venger et avec son arme, envoie deux flèches. La première, en or, touche Apollon qui devient amoureux de la belle Daphné. Puis Cupidon tire la deuxième flèche en plomb sur la nymphe qui éprouve alors un profond dégoût face à l’amour. Le dieu, amoureux la poursuit sans relâche, aussi elle appelle son père le dieu fleuve Pénée pour qu’il vienne à son secours. Il transforme alors sa fille en un beau laurier. Apollon, attristé, décide de faire de l’arbre son emblème pour garder pour toujours sa bien-aimée à ses côtés.

Les métamorphoses tragiques ne manquent pas dans les Musées de la région comme un tableau de Pan et Syrinx à Hazebrouck ou le tympan de Pyrame et Thisbé à Cambrai.

Publicités

Le prince d’ivoire de Bailleul

Enée portant son père, Anonyme

Cabinet XVIIe siècle Italie, ébène, ivoire, os, Inv 992.17.4, Dimensions du cabinet : hauteur : 162 cm, largeur : 134 cm ; Profondeur : 38,5 cm

EneePortantSonPere-Bailleul-WEBEneePortantSonPere-Bailleul-DETAIL-WEB

© Musée Benoît-De-Puydt

Découvrons Énée, un personnage célèbre tant dans la mythologie grecque que romaine, représenté  sur un cabinet du 17e siècle du musée de Bailleul.

Benoît De Puydt, riche notable de la ville, était aussi un grand collectionneur. À sa mort il légua de ses nombreuses œuvres d’art à sa ville : des peintures, des sculptures, des céramiques mais aussi des cabinets. Ce mot, aux multiples sens, désigne ici un meuble raffiné, disposant de  nombreux tiroirs . Le propriétaire y plaçait ses objets les plus précieux ou insolites. Aux XVIe et XVIIIe siècles, les cabinets de curiosités étaient des pièces remplies d’œuvres d’art ou d’objets étranges, de véritables précurseurs des musées. Le Musée de Bailleul en possède plusieurs dont celui-ci daté du XVIIe siècle et dont les scènes sont gravées sur de l’ivoire. Or sur les quatorze plaques présentées, seules cinq ont été identifiées avec certitude : il s’agit d’illustrations de « La Guerre de Troie ». Les autres doivent sans doute y faire référence, mais elles restent énigmatiques.

 L’épisode qui nous intéresse est  la fuite du prince Énée. C’est un grand guerrier qui défend la ville de Troie contre les Grecs. Son père Anchise, qu’il porte sur ses épaules, l’a conçu avec Aphrodite (Vénus), qui lui avait caché son identité. Énée est donc le fils d’une déesse. Lorsque les Grecs parviennent à prendre Troie grâce à leur cheval de bois, ils mettent la ville à sac et l’incendient . On voit ainsi des flammes derrière le héros. Protégé par sa mère, Énée réussit à s’enfuir avec son père, son fils Ascagne  et d’autres survivants, mais sans l’épouse d’Anchise, Créuse qui a disparu  mystérieusement. La suite de ses aventures est racontée par le poète latin Virgile : L’ Énéide. Le prince, après de multiples épreuves, s’installe en Italie où il sera à l’origine de la future Rome.

Pour voir une autre de ses aventures, rendez-vous à Cambrai pour le retrouver avec la belle princesse Didon, reine de Carthage, dont il tomba amoureux. (Leur bonheur fut de courte durée, car Énée, obéissant aux dieux, repartit avec sa flotte accomplir sa mission dans le Latium : fonder une ville qui succéderait à Troie.)

Voyage mythologique à…. Bailleul

En ce jour de la Nuit des Musées, je me lance dans une nouvelle rubrique : décrire la richesse mythologique des musées de la région que j’étudie. J’en ferai un par mois.

En commence avec un musée que j’adore : Le musée Benoît-De-Puydt de Bailleul.

719px-Bailleul_musee

Pour résumer sa collections d’œuvres mythologiques, je dirais : diversité, cabinets, Ovide !

# Diversité : d’une copie de la Médée Furieuse de Delacroix, en passant par une œuvre contemporaine de l’artiste Michael Kay, de plaques de faïences à des cabinets peints du XVIIe siècle : les supports sont variés et magnifiques. Voici par exemple l’enlèvement d’Hélène vu par Michael Kay :

IMAG1702

# Cabinets : Trois cabinets exposés montrent de nombreuses scènes mythologiques. Il s’agit de meubles où les bourgeois rangeaient leurs effets personnels. Le « Grand Cabinet » fut exposé au Louvre-Lens dernièrement, et concernant les deux autres, nous sommes en plein travail dessus. En effet, nous aurions identifié de nouvelles scènes ! Mais venez déjà admirer l’enlèvement d’Europe, Persée et Méduse, Orphée et Eurydice…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

# Ovide : Dans les cabinets ou sur de magnifiques plaques en émail de Limoges, Les Métamorphoses d’Ovide sont partout ! Observez toutes les transformations de Narcisse, Vertumne et Pomone, Daphné, Adonis…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En plus l’équipe du musée est très gentille et accessible, il y a des jeux pour les enfants, des fiches de salles… Bref un très bel endroit avec lequel je collabore avec joie !

Petit lien vers le musée  ici : http://www.ville-bailleul.fr/index.php/Mus%C3%A9e?idpage=121&afficheMenuContextuel=true