4 Questions à Hermès sur Bruno Le Maire

Face à la récente déclaration du ministre français Bruno Le Maire se comparant à Hermès, nous avons cherché à avoir l’avis du dieu lui-même sur ce buzz inattendu. Kirollos Ballagos, notre envoyé spécial en Grèce, a retrouvé le dieu messager après 9h d’une randonnée sur le Mont Olympe.

hermès

Dieu Hermès, un commentaire sur la récente déclaration de Bruno Le Maire vous concernant ?

Eh bien déjà que ce petit Français révise son latin ! Si Macron est Jupiter comme il l’affirme, il se place donc dans la mythologie latine. Or chez les Romains,  le dieu messager, c’ est Mercure ! Moi, je bosse uniquement pour mon père Zeus.

Êtes-vous honoré de faire parti de facto du Mouvement de « La République en marche ! » comme Ministre de l’économie ?

Ce n’est pas très logique tout de même. C’est Athéna qui aurait du avoir ce poste, elle est beaucoup plus intelligente et rigoureuse que moi. Mais peut-être que M. Le Maire aurait eu honte de se comparer à une divinité féminine ? Je serais plus à ma place comme porte-parole du Gouvernement ou à la limite des Affaires européennes : je suis un as dans tout ce qui touche à la parole et la médiation !

Que devrait faire Bruno Le Maire pour vraiment vous ressembler ?

Déjà, il est drôle c’est un bon point. Se marrer quand on dirige un peuple assez bête pour croire en vous : C’est la base ! Ici je peux vous dire qu’avec Dionysos, on arrête pas ! Après, au niveau vestimentaire, il faudrait que M. Le Maire porte un des mes objets caractéristiques : des petites ailes à ses chaussures, une canne en forme de caducée, un grand chapeau de voyageur…

Dernière question, et vous à quel personnalité politique française pourriez-vous vous comparer ?

Oh vous savez, nous les dieux, on a tous notre petit ego, alors je soutiendrai la ou le Ministre de la Culture qui fera enfin son job ! C’est à dire, et en toute modestie : Une expo « Hermès (sur moi hein, pas le parfum !) : un dieu aux 1000 actions  » au Louvre, avec 300 œuvres me représentant.

 

 

 

Si une déesse ou un dieu grec dirigeait un musée, ce serait….

«  Si une déesse ou un dieu/héros grec dirigeait un musée, qui choisiriez-vous ? Pourquoi ?». Cette question peut sembler à première vue étrange, d’ailleurs elle a rebuté 12,6% des sondés de notre questionnaire mythologique (qui a eu un total de 709 réponses) qui ne savaient que répondre. Son but était de donner à voir une définition et vision du musée par le prisme de la mythologie grecque. Les réflexions de nombre des sondés ont ainsi souvent dépassé nos attentes, donnant lieu  à une vrai réflexion muséographique, comme le sujet 185 :

J’ai d’abord pensé à Orphée. Mais mettre un artiste au commande d’un musée me semble être une mauvaise idée Il risque de mettre en avant ses propres créations ou celle de son art uniquement. Puis me vient l’idée d’un roi puissant aimant les arts, mais c’est toujours difficile de laisser ce genre de structure culturel à un état. J’ai donc réfléchis à l’utilité d’un musée, Les musées servent à préserver les éléments de culture et à les présenter au public. c’est en quelque sorte le gardien de l’histoire et de la mémoire. Alors, qui d’autres que  Mnémosyne pourrait garder un tel endroit? Étant mère des Muses, elle est toute désignée pour cette tâche.

On a alors retrouvé une grande variété dans les noms cités (soixante-et-onze) qui sont pratiquement tous issus, eu égard à l’intitulé de la question, de la mythologie grecque. Un certain nombre de divinités sont choisis en lien avec leur domaine d’action pour des musés thématiques, notamment Poséidon pour des établissements liés à la mer ou Arès à la Guerre. Cependant la plupart semblent confirmer une vision traditionnellement admise des musées (des beaux-arts) centré sur la sagesse d’une direction forte et la beauté des œuvres. En effet, les deux dieux les plus plébiscités sont Athéna, choisie par 154 des sondés et Apollon par 131, secondés par Zeus, Aphrodite et les Muses.

Apollo_of_the_Belvedere

I- Athéna et Apollon : la raison et le beau

Athéna concentre en effet à elle seul plus d’1/5 des voix. C’est sa sagesse qui est avant tout mis en avant dans 49 réponses, loin devant son statut de déesse de la connaissance (13 réponses). Ces deux éléments sont déjà riches d’enseignements puisqu’il renvoi à deux postes à la tête de l’institution muséale : celui d’administrateur et celui de conservateur. Le premier dirige et gère l’établissement, le second étudie et expose les collections. Ainsi selon les sondés, un dirigeant de musée doit avant tout être un bon administrateur avant d’être un spécialiste de ce qu’il expose. Or dans la plupart des petites et moyennes structures, les deux postes sont gérés par une même personne. De même, chez certains sondés, Athéna cumule les deux fonctions comme dans la réponse 191 :

Probablement Athéna, car elle est entre autres la déesse du savoir, de l’intelligence. Elle pourrait donc en concevoir une gestion efficace et saurait donner un attrait et un intérêt aux œuvres présentées.

Mais le savoir est ici, autant celui lié à la gestion de projet, qu’à l’Histoire de l’Art pour valoriser aux mieux les collections. A travers les fonctions de la déesse, se développe l’idée que le musée est un lieu « sérieux » (452) qui doit avant tout être bien « dirigé » (211) et « gardé » (432) avec « poigne » et « efficacité » (191). L’intelligence d’Athéna lui permet donc avant d’être une bonne gestionnaire et ainsi de connaitre l’ensemble des aspects du musée. Le musée est perçu comme un établissement où les œuvres sont exposées de manière raisonnée et réfléchie et où tout obéit à une certaine logique. Le tout étant entretenu par le père d’Athéna, qui arrive en troisième position dans la liste des dieux plébiscités : Zeus, avec 42 voix. C’est surtout son rôle de dirigeant de l’Olympe qui est mis en avant. Par analogie, le chef du panthéon olympien est donc tout destiné à devenir le dirigeant d’un établissement culturel. Aussi, de la même manière qu’il a su donner à sa famille des taches et fonctions adéquates, il saurait déléguer avec mesure les taches au musée, comme le rappelle le sondé 457 :

Zeus, car étant le plus puissant, pourrait placer ses subalternes dans les rôles ou positions où ils excellent.

La dimension artistique est laissée à Apollon, au caractère moins « réfléchi »(277) qu’Athéna ou que Zeus. Il est considéré comme le dieu de(s) (l’) art(s) par 67 des sondés. Le terme beaux-arts apparait même comme qualificatif du dieu à deux reprises (242 et 541). A l’inverse d’Athéna, son rôle est donc celui du spécialiste et du conservateur, comme le résume la réponse 453 : « Expert, inspirant, à la fois sujet de l’art et autorité suprême de ce domaine ». Il est le maitre du savoir car il en est le père, entouré des muses qui partagent avec lui cette expertise et sont souvent vues comme les gardiennes des arts. Étant plusieurs, elles représentent ainsi la diversité des formes artistiques (sondés 76 et 540) et la nécessité d’avoir un spécialiste dans chaque domaine pour pouvoir conserver et valoriser les œuvres. Cette légitimité leur vient de leur rôle d’inspiratrice, étant in fine à l’origine de tout ce qui se trouve dans les établissements muséaux. Avec elles et leur mère Mnémosyne, évoquée à 9 reprises, diriger un musée sous-entend être le gardien d’une mémoire artistique multiple dédiée à la contemplation du beau. Cette vision de la beauté dans l’art est associée à la déesse de l’Amour Aphrodite (cité 31 fois) et son fils Éros (7 fois). La déesse donnerait à voir le beau, pas uniquement dans les œuvres mais aussi entre l’institution et le public, y compris aussi dans la muséographie comme l’affirme le sondé 451 :

Aphrodite, elle saurait mettre une ambiance paisible pour apprécier parfaitement les œuvres exposés.

Le conservateur est donc le gardien du beau mais aussi celui qui doit être à sa recherche pour accentuer les collections de son institution. D’où par exemple ce choix du héros troyen Pâris :

424 – Pâris parce qu’après avoir choisi la plus belle des déesses, il saura quelles acquisitions réaliser pour le musée.

Ces personnages contribuent à donner ainsi une vision traditionnel du musée, fondé sur le beau, l’ordonné, l’esthétique. Elle renforce le lien fait par les sondés entre la mythologie et les beaux-arts : espace organisé en salles autour de peintures et sculptures issue de l’époque antique ou moderne où le visiteur déambule. Pourtant rien n’est moins simple et nos questionnaires mettent en lumière une réelle volonté d’une partie des sondés de voir les musées s’ouvrir vers les public par des approches ludiques et innovantes. Le tout ne s’oppose alors pas et peut rester complémentaire comme le montre ce choix d’Athéna du sujet 287 :

Athéna, déesse de la sagesse et de la guerre, elle posséderait à la fois le caractère instruit et avisé mais aussi la poigne et le leadership nécessaire à la direction d’un musée, à l’élaboration d’expositions attractives, érudites et innovantes et à la recherche de fonds et d’investisseurs. Le monde de la culture n’est pas un long fleuve tranquille. Patronne des artisans et de l’artisanat elle serait également ouverte à un dialogue entre beaux arts et arts appliqués, arts visuels et design donc, un des grands enjeux contemporains.

18- 601px-Bartholomeus_Spranger_-_Hermes_and_Athena_-_chateau de prague

II- Dionysos, Hermès et consort : un lieu drôle, ouvert, pédagogique

Aussi, certains choix de dieux montrent une claire volonté de rendre le musée plus accessible. Ainsi Hermès est le choix de 29 des sondés, Dionysos de 26 et Ulysse de 20 auquel on peut ajouter Prométhée ou Pan. Toutes ces personnalités en en commun d’être à des frontières et de les dépasser. Hermès est ainsi conducteur des âmes vers la mort, Prométhée a donné un élément des dieux aux hommes (le feu), et par l’ivresse et la bestialité Dionysos et Pan sont toujours à la lisière de la civilisation… A travers eux et le choix des sondés, se dresse ainsi une critique en creux des établissements culturels avec par exemple les sondés 215, 426 et 529 :

215-Dyonisos parce que ça rendrait le lieu bien plus sympathique. Les vieilles histoire sont souvent raconté par des vieux et on a l’impression que c’est chiant alors que non !
245- Hestia, étant la déesse du foyer elle pourrait rendre les musées accueillant pour tout le monde et permettre ainsi au gens de s’y intéresser pour une plus grande démocratisation du savoir.
529- Pan, le dieu pas vraiment dieu mais tellement à la mode, pour réunifier l »Art’ des musées et la culture populaire. Il ferait des musées ouverts en pleine nature mêlant performance, danse, dessin, peinture, sculpture, musique, jeux vidéo, cinéma et cuisine. Au moins.

Le danger d’un musée est ainsi d’être ennuyeux car trop ancien, fermé sur lui-même et sur ses œuvres, condamner à l’entre soi. Le plus important ne serait donc pas tant de savoir bien gérer ou étudier les œuvres mais de les valoriser et les rendre accessible. Le musée doit ainsi pour continuer à être visible, se lier aux cultures contemporaines. Si Hermès semble être le médiateur parfait pour instruire les visiteurs, la princesse crétoise Ariane est ainsi plébisciter par ce sondé :

447- Ariane, ni déesse, ni héroïne, elle est là pour accompagner et guider Thésée. C’est à mon sens la qualité d’un conservateur : Séduit par l’art et la transmission d’une connaissance à un public, il guide le visiteur dans un musée pour l’aider à lui donner les outils de compréhension.

Les œuvres peuvent sembler complexes et la médiation, à l’aide de la muséographie, de guides humains et numériques ou d’événementiel, est plus que nécessaire. Aussi plusieurs réponses tentent d’apporter des solutions :

47- Dionysos, il offrirait des cocktails dînatoires gratuits dans le musée
157- Clio, parce qu’elle saurait proposer une scénographie de nature à inspirer et à informer le visiteur

Bacchus-Disney

# Conclusion

Un musée est en fait, comme le panthéon gréco-romain : un agrégat de professionnels aux connaissances spécialisées. Et si notre question portait sur la personnalité la plus à même de diriger ce genre d’institution, la tête ne peut marcher qu’avec la collaboration des autres corps de métiers. Certains des sondés se sont ainsi prêter à une judicieuse répartition des tâches :

496- Zeus pour favoriser l’éclairage, Athéna pour approfondir les connaissances, Vesta pour favoriser la convivialité, Apollon pour mettre de la musique au musée, Aphrodite pour accentuer l’aspect esthétique, Poséidon pour mettre une ambiance ‘nature’, Asclépios pour donner vie aux scuptures ou pour faire en sorte que les employés ne soient jamais malades, Héphaïstos pour assurer des réparations rapides.

 

 

# Détail des 709 réponses du questionnaire

1- Athéna : 154 = 21, 6 %

2- Apollon : 131 = 18, 5 %

3- Zeus : 42 = 5,8%

4- Aphrodite : 31

5- Hermès : 29

6- Dionysos : 26

7- Muses : 24

8- Ulysse : 20

9- Poséidon : 16

10- Héphaïstos 14

Hercule : 10

Hadès : 10

Mnémosyne : 9

Clio : 8

Éros : 7

Prométhée : 6

Artémis : 6

Héra : 5

Arès : 4

Gaia : 4

Orphée : 4

Hestia 3

Ariane : 3

2 mentions : une déesse, Déméter, Thot, Pygmalion, Achille, Thor, Chiron, Perséphone = 16

1 mention : Méduse, Atlas, Médée, Chaos, Odin, Calliope, Janus, Quetzalcóatl, Persée, Loki, Isis, Tyr, Cassandre, Icare, Platon, Méduse, Victoire de Samothrace, Éole, Antigone, Harmonie,Circé, Saturne, Hécate, Hemera, Eurydice, Pâris, Écho, Benten, Iris, Damoclès, Pan, Bastet , Psyché, Arachné, Captaine Cook, Morphée, Pandore, Ouranos, AThlété, Nikos = 40

Je ne sais pas : 40 +45 = 85 : 12 %

Pas compris : 4

= 709 réponses

À vos agendas : un mois d’octobre mythique !

Alors la thèse, on espère la finir fin 2017 et à partir de janvier ce sera bibliothèque et rédaction. En attendant et toujours dans le cadre de mes recherches, c’est médiations à gogo. Surtout ce mois-ci :

  • Dès lundi et pour au moins deux semaines, venez retrouver à la Bibliothèque de Lille 3 mon super Lego qui reprend le tableau d’Énée et Didon à la chasse de Jan Miel conservé à Cambrai :
  • Vous voulez boire une bière en écoutant des sketchs de chercheurs ? C’est mercredi 5 octobre au bar Saint-Sauveur de Lille. Je serai en duo/duel avec une spécialiste de la comtesse de Ségur. Littérature vs muséologie, qui va gagner ? L’événement est ici : https://www.facebook.com/events/1639856499658452/
  • Tant qu’à être à la gare Saint Sauveur, j’y resterai du 6 au 9 pour la Fête de la Science avec un atelier sur le cycle des saisons autour du mythe de Perséphone. Conte et dessins seront au programme.
  • J’ai eu un grand honneur, que dis-je un rêve devenu réalité… Allez en kiosque et achetez le numéro d’Arkéo Junior de ce mois d’octobre. Votre humble serviteur a rédigé l’article sur le plus génialissime des dieux de l’Olympe : Hermès.

Etre en panique… à cause d’un dieu !

 

Aujourd’hui, petite explication d’une expression que l’on utilise, malheureusement assez souvent :

« être paniqué » : avoir une peur déraisonnée

Celle-ci est en fait lié à un dieu grec très étrange : le dieu Pan !

240968

(image tiré du film le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro)

Pan est le fils d’Hermès et d’une nymphe. Moitié-homme, moitié-bouc, il a fait fuir sa mère par son aspect hybride. Dieu des bergers et troupeaux, il peut rendre fou et bestial n’importe quel homme ou femme s’aventurant par mégarde dans ses bois. Il joue alors des musiques inquiétantes avec son instrument fait en tiges de roseaux, la fameuse flûte de Pan. Les chrétiens le comparaient à un horrible démon. D’où la peur qu’il inspirait et qui a donné la fameuse expression.

Première vidéo youtube : La mission d’Hermès

Un vieux rêve devient enfin réalité : faire des vidéos youtube de vulgarisation sur la mythologie grecque.

J’attendais le bon moment, les bonnes personnes (et aussi un peu de temps et d’argent). Grâce à Nelson R Draegon, mon frère et ma chérie, nous avons tourné 3 vidéos + celle-ci.

Elles seront très portées autour de la vulgarisation dans la culture populaire. Mais j’espère très prochainement faire des vidéos plus liées à mon vrai sujet d’étude : les œuvres des musées du Nord.

Je ferai aussi de petits articles en lien sur le blog, par exemple ici, quelque chose sur la reproduction de la statue : l’Hermès de Praxitèle.

Mais assez parlé, voici donc la première vidéo :

Hermès : aller vers l’autre

En ces temps troublés, voici une très belle citation du grand helléniste Jean-Pierre Vernant issue de son ouvrage La traversée des frontières. Il parle alors de la différence entre les dieux Hestia (l’intérieur, le foyer) et Hermès ( le dehors, la communication) :

« Et chaque individu humain doit assumer sa part d’Hestia et sa part d’Hermès.
Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui est étranger, se prolonger dans et par lui.
Demeurer enclos dans son identité, c’est se perdre et cesser d’être.
On se connaît, on se construit par le contact, l’échange, le commerce avec l’autre.
Entre les rives du même et de l’autre, l’Homme est un pont. »

vernant-tabac

Le passeur d’âmes : Vive la B.D drôle et décalée !

Petit coup de cœur pour une bande-dessinée, vraiment très bien menée, sortie en 2011 :

16860_1677963

Elle raconte l’histoire du jeune Iota Charon qui comme ses ancêtres amène les morts en Enfer. Sauf qu’il tombe amoureux de la belle Eléna qui doit mourir, glissant sur des œufs de pigeons. Pourra-il la sauver ?

Plus que pour son scénario assez classique, cette bande dessinée vaut vraiment pour son ton très humoristique. Zeus est un dieu-écrivain à succès, Hermès le patron d’une entreprise de communication, Hercule un vieux héros alcoolique…  Le monde imaginé, une sorte de ville mythologique d’aujourd’hui, est remplie de références à la fois très accessibles et pointues.

Cela fait parti des œuvres qui peuvent parler à plusieurs générations. A offrir à votre fils, sœur ou grand-père : promis, vous allez-bien rigoler !

Le Passeur d’âmes, par Ced et Waltch, Malaka Editions, 2011, 12 €

PS : un deuxième tome, sur le monde égyptien, est paru : très bien aussi !