Merlin et Jason chez les Celtes

Je vais vous parler aujourd’hui d’un livre dont le scénario est l’un des plus fous que j’ai jamais lu !

Celtika_Codex_Merlin_T_1_recto_original.jpg

Voici les éléments de bases :

  • Merlin est un être un peu hors du temps qui navigue dans notre monde. Il a fait parti de l’expédition des Argonautes où il était l’enchanteur du héros grec Jason. Or à la fin, Médée, la femme de Jason, tue leurs deux garçons. Jason se fait enfermer au fond d’un lac scandinave par l’esprit de son fameux navire : Argos.
  • Des centaines d’années plus tard, Merlin découvre que Médée n’a pas tué ses enfants mais les a fait voyager dans le temps. Il décide de réveiller le vieux Jason qui constitue un nouvelle équipage pour retrouver ses fils.
  • Tout cela se passe dans un cadre historique très précis, en -279 lors d’une grande attaque des Celtes sur la Macédoine et le sanctuaire grec de Delphes.

Une situation de base un peu chargée non ? Il est vrai que si vous n’êtes pas familiers de Jason et de ses exploits, vous allez avoir un peu du mal à entrer dedans. De plus, le traitement de Merlin est très spécial, on est parfois à deux doigts de le…détester ! Il est dépeint comme un homme sans trop d’émotions, soucieux de ne pas s’impliquer, et guidé par son seul destin. Difficile alors de s’attacher à lui.

Mais l’auteur a beaucoup d’imagination, l’articulation entre Mythologies et Histoire est bien équilibrée, l’ambiance est si envoutante qu’on se laisse finalement emporter dans cet univers. Il s’agit du premier volet d’une trilogie qui se nome le Codex Merlin, qui vraisemblablement traite de la vie du magicien jusqu’au roi Arthur

Sinon, cette histoire de Jason repartant pour une nouvelle épopée m’a rappelé une bande-dessinée très sympathique publié chez Glénat : Les Derniers Argonautes. Autre histoire mais toujours cette vision d’un Jason vieilli et plein de haine et d’honneur, la présence de magie, d’une Amazone… C’est marrant de voir comment cette épopée inspire toujours !argonautes.jpg

Jason, le meilleur peplum mythologique ?

Pour Noël, pourquoi ne pas vous offrir l’un des meilleurs films tiré de la mythologie grecque ?

J’ai nommé Jason et les Argonautes de Don Chaffey sorti en 1963. Avant ce film, ma chérie pensait que les péplums, c’était un peu débile. Heureusement Jason est arrivé !

affiche-jason

Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit des aventures d’un jeune héros grec, Jason, qui souhaite récupérer son royaume, volé par son oncle. Pour se faire, il décide de rapporter du bout du monde (ce qui pour les Grecs correspond à…l’Ukraine) la « toison d’or », objet mystérieux qui donne paix et bonheur à qui la possède. Il engage alors d’autres héros qui se nommeront les « Argonautes » du nom de leur bateau, l’Argos.

Alors voici mon Top 5 des raisons pour (re)voir ce film :

1.Il ne déglingue (pas trop) les sources antiques et en l’occurence la principale : Les Argonautiques d’Apollionios de Rhodes. L’épopée de Jason est plutôt bien respectée, même si le centaure Chiron, la déesse Athéna ou les héros Castor, Thésée, Atalante ne sont pas présents. Puis la magicienne Médée parait toute gentille, sans aucune mention de l’assassinat de son frère (qu’elle coupe normalement en morceaux  pour permettre à Jason de fuir)

2. Les effets spéciaux du grand Ray Harryhausen. C’est un maitre-précurseur du stop-motion et ses monstres sont  magistraux. Ils vieillissent très bien pour un film des années 1960. Un petit faible pour le géant Talos (construit par Héphaïstos) dont l’animation et les sons rendent bien compte de sa constitution en métal.

talos1

3. La vision des dieux. Zeus et Héra sont tellement drôles. Ils se querellent sans cesse en jouant sur un plateau géant où les hommes ne sont que des pions. Puis ils se plaignent que les hommes ne croient plus en eux, Jason le premier.

4. L’histoire d’amour entre Hercule et Hylas est sous-entendu (ce qui, pour l’époque est déjà pas si mal). Dans le mythe, le grand Hercule a pour amant le jeune Hylas. Ce dernier ayant disparu, Hercule abandonne les Argonautes pour le chercher. Le film s’en sort alors plutôt bien en montrant les forts liens qui les unissent et qui peuvent passer à première vue pour de l’amitié. Mais dans ce cas, pourquoi Hercule abandonne ses compagnons pour chercher Hylas qui a disparu?

5. La scène des Harpies dans le second temple d’Héra à Paestum. L’équipe du film a pu tourner une des aventures de Jason dans ce magnifique site archéologique en Italie. J’envie alors les acteurs/cascadeurs qui ont pu monter sur les colonnes ! jason-and-the-argonauts-color-production-still_1-1963

Il y a tellement d’autres scènes iconiques dans ce film comme le passage des roches broyeuses, le combat contre les squelettes, la danse de Médée…. Bref je vous laisse le soin de décider laquelle est votre préférée.

 

Et si vous voulez aller plus loin :

  • Le Guide de l’Antiquité imaginaire de Claude Aziza : Superbe bible, rééditée cette année avec notamment quelques chapitres sur la mythologie grecque dans la bande dessinée et le cinéma.
  • Le documentaire, Ray Harryhausen : Le Titan des Effets Spéciaux, de Gilles Penso. Pour tout savoir sur ce concepteur qui a influencé tous les grands cinéastes d’aujourd’hui.

La terrible sorcière de Lille

Médée Furieuse, Eugène Delacroix

1838, huile sur toile, Palais des Beaux-Arts de Lille, P 542.

delacroix_medee_PBAlille

© Lille, Palais des Beaux-Arts

Œuvre maîtresse du Palais des Beaux-Arts de Lille, elle raconte pourtant un des épisodes les plus terrifiants de la mythologie grecque.

Cette peinture fut présentée au Salon de 1838 (prestigieux lieu d’exposition de l’Art à Paris). Delacroix est déjà très célèbre, son fameux tableau : La liberté guidant le peuple datant de 1830. Il est alors au centre des querelles entre les partisans du Romantisme et ceux de l’Académisme. Ici, le peintre s’inspire d’un épisode mythologique tragique : Médée s’apprête à tuer ses deux enfants. La lumière venant de l’ouverture de la grotte à gauche permet de jouer sur les ombres. Elle met en valeur les formes des corps ainsi que les couleurs du vêtement de Médée. Les trois personnages sont organisés de manière pyramidale avec le poignard comme seul élément vertical. Delacroix a beaucoup réfléchi à cette œuvre puisqu’on en a retrouvé des croquis datant de 1818. Elle fut achetée lors du Salon par l’État qui l’envoya au Palais des Beaux-Arts de Lille dès 1839. Le musée possède aussi vingt-sept dessins de l’artiste, en lien avec le tableau, qui montrent toute sa minutie pour trouver la meilleur composition possible. De nombreuses copies furent réalisées, vous pouvez en voir une au Musée Benoît de Puydt de Bailleul.

La magicienne Médée est souvent plus connue pour l’épisode de la Toison d’Or. Fille du roi de Colchos, elle aida le héros grec Jason à s’emparer de ce trésor gardé au palais par un féroce dragon. Jason décida alors de l’emmener avec lui et de l’épouser. Arrivé en Grèce, il devait récupérer son royaume dirigé par son oncle. Médée par un sortilège fit découper ce dernier en morceaux par ses filles. Obligée de s’enfuir avec Jason, ils trouvèrent refuge à Corinthe où ils eurent deux fils. Mais pour des raisons tant politiques que sentimentales, Jason décida d’épouser la fille du roi de la ville. Médée, furieuse et blessée envoya une robe qui brûla vive sa concurrente puis décida pour punir Jason, de tuer leurs enfants. C’est la scène qui est représentée ici. Elle arriva ensuite à s’enfuir et commit d’autres crimes, notamment à Athènes avec un autre grand héros : Thésée.

La plupart de ces épisodes de la vie de Médée sont présentes au Musée du Dessin et de l’Estampe originale de Gravelines dans des gravures de René Boyvin.