La richesse mythologique du Musée des Augustins d’Hazebrouck

Retour sur ma conférence du 1er février au Musée des Augustins d’Hazebrouck !p1030263

Malgré le froid, presque 40 personnes sont venus mercredi dernier pour m’entendre déblatérer, je les en remercie. J’ai alors parlé (alors que ma voix m’a lâché au bout de 10 minutes) de leurs 3 tableaux mythologiques exposés dans ce musée très sympathique :

trois-tableaux

  • Celui du haut, Vertumne et Pomone de Cornelis de Vos
  • à gauche, L’enlèvement des Sabines de Frans Francken II
  • à droite, Pan et Syrinx d’après Rubens

Leurs points communs ?

Tous les trois ont été peints entre 1600 et 1650 à Anvers par un cercle d’amis peintres. Ils parlent tous d’épisodes de la mythologie latine en lien avec les relations hommes/femmes.

Nous avons donc commencé la conférence devant les trois tableaux où j’ai insisté sur la spécificité de la mythologie romaine, les sources latines (Ovide, Tite-Live et Plutarque) puis décrit les mythes et les œuvres. Voici le contenu de cette première partie (et ne faites pas attention au style oral, mais au moins, il y a toutes les informations) :ballaguy-cyrille-la-richesses-mythologique-du-musee-des-augustins

Ensuite, nous sommes montés à l’étage pour avoir accès à un rétroprojecteur. J’avais préparé un PowerPoint. Au programme :

  • Mais, c’est quoi donc le baroque flamand ?
  • Pan et Syrinx, un sujet que Rubens portait aux nues !
  • Frans Francken II et les enlèvements mythiques
  • Pan au cinéma
  • Poussin vs Rubens : qui gagne entre la couleur et le dessin ?
  • Un peu de coloriage !

Je vous laisse encore une fois le PowerPoint en accès libre :ballaguy-cyrille-la-mythologie-au-musee-des-augustins-dhazebrouck

P.S : Un grand merci à Madame Aïda Tellier, présidente des Amis du Musée d’Hazebrouck pour son accueil et sa disponibilité.

Publicités

Une course-poursuite musicale à Hazebrouck

Pan et Syrinx, Pierre-Paul Rubens, Jan Wildens,

XVIIe siècle, huile sur toile, Inv : M.N.R 404 / D 85-1. Hazebrouck, Musée des Augustins

Pan&Syrinx-Hazebrouck

© Musée des Augustins d’Hazebrouck

Tableau dont la provenance est mystérieuse, longtemps considéré comme une œuvre de Rubens, il n’en représente pas moins un épisode très populaire durant l’âge d’or de la peinture hollandaise.

Pierre-Paul Rubens est un des plus grands artistes du XVIIe siècle. Privilégiant la couleur dans ses œuvres, il fut surnommé par Delacroix , le « Homère de la peinture ». La peinture mythologique est alors en vogue et Rubens réalise de nombreuses œuvres exposées dans les musées du monde entier. En 1610 il emménage à Anvers dans une nouvelle demeure qui devient un grand atelier où collaborent de nombreux peintres comme Antoon Van Dyck et Jan Brueghel l’Ancien. Il est ainsi parfois compliqué de savoir qui a réalisé tel tableau, comme c’est le cas ici. Il s’agit alors probablement d’artistes s’étant inspirés du maître.

Ce tableau a également une histoire particulière : comme cinq autres œuvres du Musée des Augustins d’Hazebrouck, il possède la mention MNR ou « Musées Nationaux Récupération ». Il s’agit de peintures volées par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et retrouvées par les Alliées. N’ayant pour l’instant jamais retrouvé leur propriétaire, les musées sont tenus de les exposer le plus souvent possible.

Ce tableau raconte un épisode très célèbre des Métamorphoses d’Ovide que vous pouvez aussi retrouver au Musée de l’Hospice Comtesse à Lille ou au Musée des Beaux-Arts d’Arras.

Syrinx est une hamadryade (divinité des arbres) dont le dieu des bois Pan mi-homme mi-bouc, tombe éperdument amoureux. Il la poursuit dans la forêt et pour ne pas se faire violer, Syrinx demande l’aide des dieux. Elle est alors transformée en roseaux au bord d’une rivière. Pan remarque que le vent fait d’étranges sons avec cette plante. Il coupe les roseaux en morceaux de plusieurs longueurs, les attache entre eux et en fait un instrument de musique à vent. Il l’appelle « syrinx » et garde ainsi sa bien-aimée auprès de lui. On nomme aujourd’hui cet instrument « la flûte de Pan ».

Etre en panique… à cause d’un dieu !

 

Aujourd’hui, petite explication d’une expression que l’on utilise, malheureusement assez souvent :

« être paniqué » : avoir une peur déraisonnée

Celle-ci est en fait lié à un dieu grec très étrange : le dieu Pan !

240968

(image tiré du film le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro)

Pan est le fils d’Hermès et d’une nymphe. Moitié-homme, moitié-bouc, il a fait fuir sa mère par son aspect hybride. Dieu des bergers et troupeaux, il peut rendre fou et bestial n’importe quel homme ou femme s’aventurant par mégarde dans ses bois. Il joue alors des musiques inquiétantes avec son instrument fait en tiges de roseaux, la fameuse flûte de Pan. Les chrétiens le comparaient à un horrible démon. D’où la peur qu’il inspirait et qui a donné la fameuse expression.