La Sirène sans voix !

Première histoire avec une belle sirène carnivore !

Plus d’informations sur les deux œuvres du musée de Laon illustrant ces monstres marins  :
– un fragment d’anse d’un cratère de 550-540 av. J.-C. Inv 37.822
– une assiette du 2e quart du VIe siècle av. J.-C. Inv 37.781
Site internet : http://www.ca-paysdelaon.fr/musee.html

Puis, un ÉNORME et grand MERCI pour la voix et l’implication à Ségolène Frédière !
N’hésitez pas à consulter la page Facebook de son projet « Tartuffe et Pythagore » pour lier science et vulgarisation et théâtre ! @TartuffePythagore

 

Pour aller plus loin : l’année dernière j’avais réalisé un petit focus sur cet épisode d’Ulysse avec un beau tableau de Saint-Omer, voici le lien https://pasdemythosentrenous.wordpress.com/2016/08/09/le-chant-des-sirenes-a-saint-omer/

La Petite Sirène, cousine d’Hercule ?

Petite théorie que j’ai trouvée sur Internet et que je trouve assez drôle et en même temps typique des étranges mélanges des films Disney.

Vous avez alors sans doute déjà vu les dessins animés suivants, réalisés par les deux mêmes hommes : John Musker et Ron Clements

Eh bien, des fans des films de Mickey ont fait le rapprochement suivant : La Petite Sirène et Hercule seraient…. Grands cousins !!

hercule-et-ariel

En effet dans le beau monde aquatique de la sirène, le père d’Ariel est le roi Triton. Or Triton est justement dans la mythologie le fils de Poséidon, qui est lui-même le frère de Zeus. Le roi des dieux, quant à lui, est père d’une ribambelle d’enfants dont justement Hercule. Vous suivez ?

Or avec ma mauvaise foi universitaire, voilà pourquoi la théorie ne tient pas  :

  • Cela pourrait marcher si on parlait des mêmes sirènes. Mais la femme-poisson est une image issue de la mythologie nordique puis du fameux conte d’Andersen. Chez les Grecs, il s’agit de femmes-oiseaux. Il faudrait alors qu’Ariel ressemble à ça

images

Alors que pour le coup, selon les sources antiques et Ovide, Triton ressemble bien à la vision qu’en donne Disney . Il pouvait comme son père posséder le trident.

zrf4y4qolegcskvaxhhykotabjs

  • Cependant Triton n’est pas connu comme étant le père des sirènes. Elles ont pourtant de nombreuses origines contradictoires : filles d’un fleuve et de la Muse du chant, humaines transformées par Aphrodite, suivantes de la déesses Perséphone transformées pour l’avoir abandonnée quand elle s’est faite enlever. Mais aucune trace de Triton dans tout cela . Il a eu une fille Pallas (qui fut l’amie d’enfance d’Athéna) mais rien n’indique qu’elle était une sirène ou à moitié poisson.

Après si on considère les réalisateurs des films Disney comme des aèdes (conteurs)  contemporains, j’imagine que tout est possible !

 

Le chant des sirènes à Saint-Omer

Les sirènes, Léon Belly

France, 1867, huile sur toile, inv. 0142 CM, Saint-Omer, Musée de l’hôtel Sandelin

Reproduction

© B. Jagerschmidt, Musées de Saint-Omer

Ce tableau d’un peintre né à Saint-Omer orne magnifiquement l’escalier d’honneur du Musée.

Léon Belly est plutôt considéré comme un peintre paysagiste influencé par l’école de Barbizon, mais aussi orientaliste après des séjours de 1855 à 1858 en Égypte et sa rencontre avec d’autres peintres de cette mouvance. Il obtient en 1861 une médaille de première classe au Salon avec La caravane de pèlerins allant à la Mecque. Puis en 1867, il présente le tableau Les sirènes. Il s’inspire du peintre flamand Rubens pour la position des sirènes et cherche à célébrer la culture antique. En effet, il s’agit d’une des rares tentatives du peintre de s’essayer au grand genre qu’est la peinture d’histoire. Cette peinture est donc autant une œuvre illustrant un épisode de l’Odyssée d’Homère, qu’une étude du nu. Malgré une faiblesse évidente dans l’exécution, elle est achetée par Napoléon III qui l’offre à la ville de Saint-Omer. Le musée conserve de nombreux dessins préparatoires de l’œuvre.

La peinture illustre le chant XII de l’Odyssée d’Homère. Ulysse et son équipage reprennent la mer après plus d’un an passé chez la magicienne Circé. Celle-ci les a prévenus qu’ils rencontreront des sirènes au chant tellement envoûtant qu’ils finiront par quitter leur navire et se noyer. Les marins se bouchent alors les oreilles avec de la cire, tandis qu’Ulysse, pour écouter leur chant, se fait solidement attacher au mât. Le tableau s’éloigne un peu de cette description. Les sirènes sont des femmes-poissons plus proches du conte d’Andersen que des femmes-oiseaux du mythe grec. De plus, Ulysse n’est que faiblement attaché, comme s’il pouvait presque succomber à la tentation. La présence de la lyre rappelle qu’un autre héros, le prince des poètes, Orphée, a lui aussi affronté les sirènes en couvrant leur chant par sa musique divine.

Dans le même musée, retrouvez Ulysse, cette fois de retour à Ithaque dans une peinture de François Chifflart. Vous pouvez aussi retrouver en sculpture sa femme Pénélope par Antoine Bourdelle au Palais des Beaux-Arts de Lille.