Mes 27 défis un peu fous de mon voyage en Grèce.

Pendant mon voyage autour d’Athènes et à Naxos, je m’étais donné comme but de réaliser plein de défis un peu farfelus, prémédités ou non. Dédicace à tous les passionnés d’archéologie et de mythologie qui ont comprendront plus certains que d’autres.

Voici donc la liste :

  • Faire une randonnée de nuit sur la colline des Muses en face de l’Acropole et s’y perdre.
  • Faire un sacrifice d’un coquelicot dans une grotte dédiée à Hadès, dieu des Enfers.

IMAG7094

  • Réaliser une libation d’une barre de céréales et d’eau dans un sanctuaire dédié à la déesse de l’agriculture et à sa fille à Éleusis.
  • Lire un Dialogue de Platon dans les vestiges archéologiques de son Académie à Athènes.
  • Écrire une ode au féminisme dans le sanctuaire de la déesse Artémis à Brauron.
  • Faire 6,5 km du Marathon originel… en bus.
  • Ne rester que 30 min dans un musée archéologique (mais y revenir 1h30, 5 jours plus tard car faut pas déconner)
  • Tenter d’investir une forteresse vénitienne perchée au sommet d’une montagne et renoncer de dépit.
  • Se reposer allongé à côté d’une statue (Kouros) cassée dans une carrière de marbre.
  • Manger son pic-nique au milieu d’un autre temple à Déméter.
  • Donner avec une gérante d’un salon de thé, un cours de grec à une Argentine.
  • Boire du vin à la santé de Dionysos dans un de ses sanctuaires.
  • Aller sur un temple d’Apollon 10 fois.
  • Se perdre dès le début d’une randonnée.
  • Donner 2 cents symbolique à une association suisse pour rénover les peintures d’une église byzantine.
  • Acheter 10 cartes postales qui montrent le même monument (la « Portara »du temple d’Apollon à Naxos).

IMAG7384

  • Faire une randonnée de 3h pour voir 3 églises byzantines toutes…fermées.
  • Se prosterner devant le temple d’Apollon quand le coucher de soleil passe juste devant.
  • Aller voir le dernier film Tomb Raider sur une chercheuse de trésors, dans un cinéma à 500m d’un site antique.
  • Ressentir sur le lieu du mythe, la solitude et le manque de l’être aimée d’Ariane (abandonnée par son copain le héros Thésée à Naxos)
  • Recopier des dessins de pieuvres sur des vases préhistoriques et en manger juste après (du poulpe hein, pas des vases!).
  • Faire une balade en Grèce en n’écoutant que du Nana Mouskouri.
  • Lire le livret de l’opéra Ariane à Naxos de Strauss devant la statue de marbre d’Ariane à l’entrée du port.
  • Faire un poème à ma maman qui n’a aucun rapport avec la Grèce.
  • Aller au Musée de l’Acropole d’Athènes juste pour voir un Lego.
  • Boire au cours du voyage 8 cafés frappés.
  • Se faire prendre 1/3 du temps pour un Grec  car on sait parler 2-3 mots (et un autre 1/3 pour un Allemand, mais là j’ai pas d’explications).
Publicités

Ode féministe à Artémis

De retour de mon petit voyage en Grèce ! Aussi viendront quelques petits articles assez divers sur mes pérégrinations.

Tout d’abord, une ode à Artémis que j’ai écris au sein même de son sanctuaire à Brauron, à l’Est d’Athènes.

IMAG7223.jpg

Divine Artémis,

Tu n’es pas une jolie miss,

mais la pourfendeuse des salauds,

de ceux qui se branlent dans le métro.

On t’as parfois jugée trop colérique,

mais que faire face à la trique,

manifeste des hommes

qui vous observent car « vous êtes bonnes ! »

au détour d’une baignade entre copines,

à parler de tout et même de pines.

Toi Weinstein, tu l’aurais transformé en cochon

et demander à Ramadan de le bouffer goulument.

Ta geste n’est pas archaïque,

et libère les femmes de ces hommes pathétiques.

Pour toi, partir au combat,

vaut bien mieux que de rester las,

à ne rien faire,

à toujours se taire.

Quand une fois tu as vu un homme,

prêt à sacrifier sa fille,

tu n’as pas fait la nonne,

et déchaines tes hydres !

Que tous ceux concernés,

c’est à dire le monde entier,

te redonnent une place dans le Panthéon actuel,

et que de tous ces abus, à nouveau tu te mêles.

IMAG7180.jpg

 

Où me lire sur la toile

La diversité dans l’écriture !

Petit détour par les sites avec lesquels je collabore et où l’on peut parfois me lire :

En tant que muséologue, je fais des comptes-rendus d’exposition et de livres pour le site de la Revue des études anciennes de l’université Montaigne de Bordeaux.  Ainsi, mon avis sur la dernière exposition au Louvre-Lens consacré à la Musique dans l’Antiquité :

http://reainfo.hypotheses.org/10533

Pour Christophe Hugo et le blog de la Bibliothèque des sciences de l’Antiquité de l’Université de Lille, un petit article tiré de ma thèse sur un jeux-vidéo lié à la guerre de Troie

https://insula.univ-lille3.fr/2018/01/liliade-en-jeu-video/

Et en tant qu’humble auteur jeunesse, là je n’écris pas mais je fais des ateliers dans les prisons. Petit compte-rendu réalisé par ma collègue au CNE de Séquedin en février dernier.

http://adan5962.e-monsite.com/pages/interventions-en-prison/2018.html

 

Sinon la semaine prochaine, je pars 12 jours en Grèce à Athènes et surtout Naxos et Delos, de belles photos en perspective 🙂

Fake news : L’Iliade = toute la Guerre de Troie ?

Alors que les premières critiques de la nouvelle série tirée de la guerre de Troie, Troy : Fall of a City, produite par la BBC et Netflix, arrivent sur la toile, petit recadrement sur une sempiternel idée reçue que l’on retrouve partout. Toute cette fameuse histoire serait une adaptation de l’Iliade d’Homère !

troy-Fall-of-the-city-th.x96717.jpg

On peut toujours remonter à plus loin pour expliquer le début de la guerre de Troie et ses origines : les Argonautes et la première expédition d’Héraclès, l’amour contrariée de Zeus et Poséidon pour  Thétis (future mère d’Achille) ou la naissance du prince Pâris. De la même manière, quand finit cette guerre et ses conséquences ? Avec l’épisode du cheval de bois creux ? Le retour d’Ulysse chez lui ? La fondation de Rome par les descendants du dernier des Troyens, Énée ?

Or soyons claire, le récit d’Homère ne parle lui que de seulement quelques jours de la 9eme année de la guerre, où pour simplifier :

  • le héros Achille boude car son roi lui a pris son esclave sexuelle.
  • le chef troyen Hector en profite pour percer les défenses grecques et tue Patrocle le cousin-amant d’Achille qui s’était fait passer pour lui.
  • Achille n’est pas content, redonne l’avantage au Grecs et tue Hector.
  • Le roi troyen Priam récupère le corps de son fils en s’humiliant, les Troyens enterre enfin Hector.

Le tout émaillé de quelques ruses d’Ulysse, de beaucoup (beaucoup, beaucoup, beaucoup…) de scènes gores et violentes de batailles, de dieux qui se jettent des pierres et se plaignent à Zeus.

Ainsi dans Homère, pas de beaux récits de l’enlèvement d’Hélène, des premiers temps de la guerre ou de la ruse du cheval. Justes quelques allusions à ces éléments dans l’Iliade et l’Odyssée mais rien de plus. On sait tout cela grâce à d’autres auteurs, postérieurs. Alors les journalistes, chroniqueurs, blogueurs, si vous voulez citer, enfin, de bonne sources, allez voir surtout du côté de :

  • La Bibliothèque de Pseudo-Apollodore ou celle de Diodore de Sicile pour ce qui concerne l’ensemble du conflit. Auteurs assez tristement méconnus alors que leurs ouvrages sont de vraies encyclopédies sur les mythes.
  •  Les Troyennes d’Euripide et l’Enéide de Virgile pour la fin de la guerre et l’épisode du cheval. Un tragédien grec et un poète latin : que du bon.
  • Mes préférés : « Lettre de Paris à Hélène » et « Lettre de Hélène à Paris », tirées des Héroïdes d’Ovide. Connu pour ses Métamorphoses, cet auteur s’est aussi amusé en imaginant des relations épistolaires entre héros de l’Antiquité, c’est vraiment génial.

Bref, maintenant, vous ne confondrez plus une partie avec son tout (c’est pas une figure de style ça : synecdoque ou métonymie ?)

 

 

Et depuis le 8 décembre 2017…

Presque deux mois sans rien écrire sur le blog… Je ne vais pas l’abandonner mais voici un petit TOP 5 des raisons de ce petit silence !

1- Je suis docteur !

Oui le 8 décembre dernier fut une journée de fou, celle de ma soutenance. La fin de 11 ans à l’université et le début d’une nouvelle vie. Ce fut une journée incroyable que je ne saurais vous décrire en quelques mots. Tout s’est très bien passé, je n’ai jamais autant bien débattu de toute ma vie, défendant ma vision de la médiation culturelle avec conviction et humour. Merci encore à toutes les personnes présentes ! Beaucoup d’émotions qui m’ont fait faire une petite pause.

 

2- Je suis chômeur

Depuis, je cherche  du travail, en sélectionnant les postes qui correspondent le plus à mes envies et capacités et dans lesquels j’ai vraiment envie de m’investir. Ouvert à toute proposition, je fais confiance à ma bonne étoile et à mon solide réseau. Au cas où, voici mon beau CV fait grâce à une super amie (Nadège  ) N’hésitez pas à le partager !

CV – Cyrille Ballaguy

 

3- En réparation

Ma relative discrétion sur les réseaux sociaux depuis quelques temps s’explique aussi tout simplement par un problème physique : une tendinite qui va de deux doigts à mon avant-bras droit. Heureusement j’ai pris les choses en main : kinésithérapeute, cours de dactylographie en ligne, meilleur positionnement…

 

4 – Romans fleuves

Ce petit soucis me pousse aussi me « dès-écran-tifier », en arrêtant ainsi de passer des heures sur l’ordinateur. Je me suis lancé dans des lecture de grand chefs-d’œuvre de la littérature. En attendant Belle du seigneur et Les Misérables, je dévore Guerre et Paix de Tolstoï, c’est vraiment fascinant et me change allégrement de la la mythologie.

Marblepalace

 

5 – Projets

Au fur et à mesure que ma tendinite se résorbera, j’ai quelques projets sur le feu : aider mes amis de la Culture de « Troubadour Story », « Tartuffe & Pythagore », le cinéma « Kino »… Des projets d’écriture aussi, de voyages…. Et continuer ce blog d’une façon ou d’une autre (en l’ouvrant à d’autre chose que la mythologie ? J’ai une soif d’explorer de nouvelles choses).

Aussi, il n’est pas encore trop tard pour vous souhaitez à vous tous une bonne année 2018, très curieux de savoir où celle-ci me mènera dans 2, 6 ou 12 mois.

 

 

Et la petite Louise m’a dit…

Ce matin, intervention dans une classe de 6ème d’un collège de Wattrelos (près de Roubaix). Avec le Learning Center de l’université de Lille SHS, je vais dans les écoles primaires et collèges de la région pour parler de mythologie et leur faire faire de petits dominos. Je montre alors cette sculpture conservée au musée du coin (Musée de la Piscine de Roubaix) : un Enlèvement d’Europe du fils danois de Gauguin.

Gauguin - l'enlèvement d'Europe

Assise au premier rang, la petite Louise me fait remarquer : « Monsieur, je me souviens de cette œuvre quand je suis allée au Musée, il y en a plein. Mais attendez…. Vous pouvez revenir à l’image de Narcisse que vous nous avez montrée tout à l’heure ? »

Je m’exécute: l’œuvre en question est une plaque en faïence conservée à Bailleul :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Louise continue son raisonnement devant la classe  » Ah mais vous voyez la sculpture d’où sort l’eau de la fontaine. C’est Poséidon non ? Comme c’est le dieu de l’eau et de la mer. Il y a le même au musée que j’ai visité. Et lui aussi il fait sortir de l’eau. Vous croyez que les deux sont liés ? »

piscine-roubaix-10-12-2011-fontaine-neptune

Imaginez alors ma joie et ma fierté. Devant tous les enfants je félicite l’élève en reprenant: « Ce que vient de faire votre camarade, c’est de la recherche ! Elle a fait un rapprochement entre ce qu’elle vient de voir et un souvenir, puis, à partir de là, s’est créée une problématique. Quant à ta question, Louise, je n’en ai pas la moindre idée… L’œuvre de Bailleul date du XVIe siècle et la sculpture de Roubaix du début du XXe siècle. Il y a une ressemblance c’est certain. Peut-être que la première a inspiré la seconde ? Si tu continues plus tard à l’université, tu le découvriras peut-être ! »

C’est dans ces moments que l’on se sent si utile à la société. Éveiller les enfant à la logique scientifique, les faire réfléchir sur leur patrimoine local. Porté par ces élèves, je leur ai même expliqué ce qu’est la muséologie. Et je crois qu’ils ont kiffé…

 

Plus d’infos sur les ateliers que j’anime dans le cadre du Learning Center : http://learningcenters.nordpasdecalais.fr/archeologie-egyptologie/manifestations/des-ateliers-p%C3%A9dagogiques-dans-vos-classes

 

Et si… le superhéros SHAZAM était au Palais des beaux-arts de Lille ?

SHAZAM (anciennement Captain Marvel) est un personnage de comics créé en 1940 par Bill Parcer et C.C Beck. Ce n’est pas le plus connu des superhéros et pourtant d’un point de vue « mythologique », il est très intéressant. En effet, son nom est en fait un acronyme qui renvoi à :

  • S : la sagesse Salomon
  • H :  la force Hercule
  • A :  l’endurance d’Atlas
  • Z :  les éclaires de Zeus
  • A : le courage d’Achille
  • M : la vitesse de Mercure

Quand il prononce ce nom, le jeune orphelin Billy Batson devient ainsi une sorte de superman doté de tous les pouvoirs précédemment cités.

shazam

Aussi pour vous motiver vous ou vos amis, ados, enfants à aller au musée, je vous propose d’essayé de retrouver ces différentes références antiques au Palais des beaux-arts de Lille :

  • le tableau Salomon et la reine de Saba de Dirck van Delen,
  • Hercule combattant Achelous de Nöel Coypel,un épisode peu connu de la vie du héros dans ce joli tondo (peinture ronde)
  • Prométhée enchainé d’après Rubens (Prométhée est un titan, comme Atlas. Puis comme lui, il est punit pour l’éternité. Si Atlas doit porter le ciel sur ses épaules, Prométhée se fait dévorer le foie chaque jour par un aigle)
  • L’enlèvement d’Europe de Jacob Jordaens pour apercevoir Zeus métamorphosé en… taureau.
  • Priam aux pieds d’Achille de Jules Bastien-Lepage où le demi-dieu se demande s’il doit rendre le cadavre du prince Hector à son père.
  • l’exaleiptron (vase grec) du peintre C pour découvrir Hermès guidant trois déesses vers le jeune Pâris. (Pour l’instant le vase n’est pas visible mais on peut trouver Hermès ailleurs : dans une plaque de faïence au rez-de-chaussé ou dans le tableau de l’enlèvement d’Europe précédemment cité)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors, qui a dit que les musées des beaux-arts sont toujours aussi ennuyeux ?

 

Pour aller plus loin :

  • Le site du Palais des beaux-arts de Lille : http://www.pba-lille.fr/ (très bien fait et intuitif avec plein d’images et d’idées)

 

 

Beau bilan du 1er salon du Livre Polar de Tourcoing

Dimanche 29 octobre a eu lieu à l’Hôtel de Ville de Tourcoing le 1er Salon du livre consacré au polar, organisé par le Lion’s Club de Tourcoing – Les Ravennes. J’ai eu la chance de faire parti des auteurs invités, grâce au parrain de l’édition Gilles Debouverie. Pourquoi cette journée fut-elle une réussite ?

DNUS6JKW4AELveG.jpg large

  • un but noble : l’ensemble des recettes a été reversé à l’Association « Les Clowns de l’espoir » qui œuvrent dans le milieu hospitalier.
  • Une organisation au top : Les membres du Lion’s Club, bénévoles et auteurs ont tous été très sympathiques. On a très bien accueilli, on a pu se restaurer et on a profité d’un lieu magnifique que je ne connaissais pas : les grandes salles de l’Hôtel de ville.  Un énorme merci plus particulièrement à Gilles Debouverie et à Oliver Barbier, libraire de « La Ruche au Livres ».
  • De belles rencontres : Tant avec d’autres auteurs comme Winoc (qui m’a fait une belle dédicace de sa bande dessinée sur l’archéologue de Boulogne, Mariette) et Eric Callens mais aussi avec les visiteurs, nombreux. J’ai pu vendre et dédicacer mon ouvrage à Artème, Hippolyte, Capucine, Léandre…

Je suis donc sorti de cette journée ravi et heureux. Merci aussi à ma Psyché, ma cousine Mathilde et ma super amie Nadège d’être venues me voir.

 

Pour en savoir plus :

Berlin mythologique !

Lors d’un petit séjour mythologique à Berlin, j’ai traqué pour vous les endroits ou voir le plus de mythologie !

Déjà, au plus simple sur la Porte de Brandebourg, emblème de la ville. Construite entre 1788 et 1791 par Carl Gotthard  Langhans, elle s’inspire des propylées de l’Acropole d’Athènes. Si on s’approche un peu, on peut voir dans les métopes une centauromachie où combat de guerriers grecs contre des centaures.

IMAG6407

Ensuite au niveau des musées, il a fallu que je fasse des choix pour ne pas que ma copine et moi frisions l’indigestion  (on a a déjà fait 6 en 4 jours !), aussi nous ne sommes pas allez voir les collections de peintures et sculptures modernes comme celles de la Pinacothèque où se trouve pourtant, ce très beau Léda et le cygne du Corrège :

Correggio_Léda et le cygne

Je me suis concentré sur les musées antiques de l’île au musée (un vieux rêve que de poser le pieds dessus) où nous sommes accueillis par une belle amazone :

IMAG6436

Lors de ma visite du Musée de Pergame, le fameux autel ou se trouve une impressionnante gigantomachie était fermé pour rénovation (pendant encore 2 ans je crois). Il reste cependant de très belles choses comme les portes de Babylone et de Milet ainsi que cette mosaïque d’Orphée.

IMAG6449.jpg

Au Nouveau Musée, on trouve les objets du trésor de Troie (enfin beaucoup de reproductions car les Russes ont tout piqué) , découvert par l’allemand Heinrich Schliemann au XIXe siècle tandis que dans l’Ancien Musée, on retrouve de nombreux vases grecs dont ceux du très justement nommé Peintre de Berlin ( des portraits de dieux sur fonds noirs), d’Ulysse et des prétendants, Héraclès… Je préfère surtout les deux derniers vases du diapo qui montre le mythe de Persée délivrant Andromède du terrible monstre marin (dragon aquatique ou gros poisson, à vous de choisir mais surtout pas un KRAKEN !! ).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On retrouve des références à l’Antiquité dans d’autres musées comme dans celui assez atypique de la Saucisse au Curry (musée aussi fun que ludique et pédagogique soit dit en passant) avec un petit mot sur l’Odyssée et ce délicat mets.IMAG6729

Enfin bien sûr on retrouve les mythes dans plein d’entreprise comme Hermès à la poste ou encore Hercule pour cette firme :

IMAG6513

Bref encore une capitale pétrie de culture antique !

PS : Merci à Caro et Mikkel pour l’accueil

SF et Mythologie : « L’homme dans le labyrinthe » de Robert Silverberg

Parmi les grands auteurs, les piliers de la S.F américaine, s’en trouve un que j’aime particulièrement : Robert Silverberg. Ses histoires sont toujours accessibles, bien construites et comme par hasard, ont de nombreux liens avec l’Antiquité. Il a ainsi narré une uchronie où les Romains domineraient encore le monde (Roma AEterna, 2003)  ou à même réécrit le mythe d’Orphée (Le dernier chant d’Orphée, 2012). Pour ma part je l’ai surtout découvert avec L’homme dans le labyrinthe (1970), qui est vraiment très riche par son lien avec un mythe bien précis :

71XNJ6o-ywL

Alors non, contrairement à ce que pourrait faire penser le titre, il n’y a rien à voir ici avec le fameux labyrinthe de Dédale et avec le Minotaure que doit tuer un preux héros. La référence mythologique est plus obscure : il faut lire la tragédie Philoctète de Sophocle pour s’en rendre compte. Philoctète est un guerrier grec peu connu de la guerre de Troie. Ami d’Héraclès, il en possède le fameux arc et ses flèches empoisonnées. Mais avant d’arriver à Troie, une blessure pestilentiel (et ses terribles cris de souffrance) oblige Ulysse à l’abandonner sur l’île de Lemnos. 10 ans plus tard, il devra cependant venir le récupérer quand un devin annonce que seuls les flèches du bannis feront gagner la guerre… Voici un portrait de ce héros par Jean-Baptiste Carpeaux, exposé au Musée des beaux-arts de Valenciennes :

Philoctéte, Carpeaux

Dans le livre, le labyrinthe est une planète entière : Lemnos (ah ah!). Une mission spatiale y est envoyée pour récupérer Muller, agent diplomatique qui après une mission qui l’a rendu inapte à la vie sociale, est parti se réfugier au cœur des méandres de ce lieu rempli de pièges. La mission a pour ordre de le ramener alors qu’une invasion extraterrestre menace la Terre et que Muller est le seul médiateur possible. Le lien est ainsi évident entre le mythe grec et l’épopée intergalactique

D’autant plus que Silverberg comme Sophocle s’intéresse vraiment à la psychologie des personnages, à leurs drames internes. On comprend les raisons qui ont poussé Muller à la lisière de la folie et son dilemme sur les raisons de renouer avec une humanité qui l’a d’abord chassé. L’homme dans le labyrinthe ferait ainsi tout autant une bonne pièce de théâtre sous la forme d’un dialogue entre cet homme perdu et l’équipe de sauvetage prête à tout pour le récupérer vivant.

De la très bonne S.F enrobée de mythologie (avec un héros sous exploité tant chez les auteurs antiques que actuels), que l’on peut trouver pour moins de 2€ sur la toile (merci les vielles éditions !)