A quoi ressemble le vase ?

Que vous ayez lu ou pas mon livre, c’est un fait, un vase grec du Palais des beaux-arts de Lille se trouve au centre de l’intrigue. Il représente le héros Héraclès en lutte avec un taureau. Et ce vase, et bien c’est celui-là !

IMAG1935.jpg

Et à tout vous dire, même en consultant le dossier de l’œuvre au musée, on n’en sait pas beaucoup plus que ce qu’en disent les informations, présentes dans un cartel à côté de l’œuvre. A savoir :

cartel heraclès

Un peu compliqué ? Laissez-moi vous éclairer !

  • c’est un lécythe : un vase à parfum (généralement composé d’huile avec des épices). Ce genre de produit coutait très cher, c’est pour cela que le vase est assez petit.
  • Il vient d’Athènes et a été réalisé autour de – 500 et – 470. C’est l’époque de la démocratie et des guerres entre les Grecs et les Perses (si vous connaissez ou avez vu le film 300 de Zack Snyder). Les vases étaient tous réalisés dans un même quartier au nord de la ville, le « Céramique » qui avait vu sur l’Acropole.

IMGP8062.JPG

  • On ne sait ni qui est le potier, ni qui est le peintre de ce vase. Sa façon de faire ressemble au Peintre d’Haimon, un artiste vivant à cette époque. Il devait donc s’agir de quelqu’un de son atelier (à l’époque les artisans qui avaient du succès pouvaient avoir de nombreuses personnes travaillant pour eux). Pour preuve, le même sujet est présent dans un vase conservé au musée du Louvre : c’est presque pareil, mais pas tout à fait (les cornes, la tête du héros…)

hercule_crete© Musée du Louvre

  • Il représente le 7eme des 12 travaux d’Héraclès. Il s’agit d’un féroce taureau, cadeau du dieu de la Mer Poséidon au roi de l’île de Crète, Minos. Sauf que cet animal détruit et mange tout sur son passage. Héraclès le capture après une grande lutte et le ramène chez son cousin qui le…relâche dans la nature. C’est le héros Thésée qui, plus tard, le tuera pour de bon.

Et sinon peut-on le voir aujourd’hui au Palais des beaux-arts de Lille ?  et bien non, car le musée rénove les salles du sous-sol où sont d’habitude exposées ces vases grecs. Il faut donc attendre encore quelques mois avant d’espérer revoir ce petit lécythe. Je vous tiendrai au courant !

En attendant pour prolonger sur Internet :

Publicités

Mon premier livre !

Un vieux rêve s’est réalisé…

J’ai sorti un livre !!

Il parle de mythologie grecque, des Musées de Lille et Boulogne, de kebabs, du Parc Astérix, de médiateurs trop sympas, de la fonction lampe des téléphones, de collectionneurs savants….

Suivez donc les aventures d’Ariane et Thomas !

couverture

Rédigé en quelques mois et grâce à l’appui de ma chère Élise, la maison d’édition Nord Avril m’a fait confiance pour cette première histoire.

L’idée de départ de ce livre (et qui anime toutes mes recherches) est la suivante : Comment amener des jeunes à entrer dans les musées ? Les intéresser à l’Art ? Réponse : en utilisant des liens, des supports qui leur parlent, qui nous parlent. Dans le deuxième chapitre de ce livre, le jeune Thomas s’exclame « Je n’aime pas les musées ! », comment alors lui montrer que ces lieux peuvent être intéressants ? La mythologie grecque permet cette médiation par ces riches histoires et par son actualité : héros Marvel, parcs d’attractions… Désacraliser les beaux-arts et montrer que l’on peut tous en parler, peu importe notre âge ou d’où l’on vient.

J’espère ainsi humblement que par ce livre, des enfants voudront en savoir plus sur des vases grecs et leurs héros, auront moins peur du labyrinthe des salles des musées, et trouveront que oui, la mythologie, c’est cool !

Pour résumer :

  • Pour qui ? Tous les curieux de 8 à 99 ans !
  • De quoi cela parle ? Une enquête de deux adolescents coincés dans un musée, sur fond de mythologie grecque.
  • Il coute combien ? 7,90 € pour 84 pages (écrit en assez gros)
  • Où l’avoir ? Il suffit de m’envoyer un email (ballaguy.cyrille@gmail.com) ou de contacter mon éditeur(http://www.nordavril.com/f/index.php?sp=page&c=8). Il sera bientôt disponible pour le commander directement en librairie et sur Internet.
  • On peut avoir des informations en plus ? Je ferai quelques articles : coloriage, article sur Héraclès et ses aventures, dossier pédagogique, salons où je serai présent.

Alors n’hésitez pas à m’en prendre un, à en parler autour de vous notamment à des instituteurs, parents, musées…

# Quelques liens :

Le livre sur le site de ma maison d’édition : http://www.nordavril.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=176

Ma page Facebook : Pour tout savoir sur l’actualité de ce livre : https://www.facebook.com/BallaguyCyrille/

Voyage mythologique à … Calais

On continue notre visite de la mythologie dans les musées du Nord de la France en nous arrêtons cette fois-ci au Musée des beaux-arts de Calais !

P2140967.JPG

« Calais d’ici et d’ailleurs », c’est sous ce titre que le musée organise ses collections permanentes, à la suite de la première salle dédiée aux Bourgeois de Calais d’Auguste Rodin. Les œuvres mythologiques sont alors concentrées en grande partie avec d’autres œuvres de la religion chrétienne dans la première section de cet espace : Formes du Sacré / Figures du monument.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

plan-calais-2017

Autour de cette approche thématique, le musée prend le parti de faire côtoyer des œuvres d’époques très éloignées. Ainsi à l’entrée de la section trouve-t-on deux têtes. La première est une copie romaine en marbre d’un original grec qui représente Dionysos. A côté, trône une sphinge du sculpteur Joseph Bernard. Cet artiste dont la période d’activité se situe entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle était un adepte de ces formes archaïques, réalisées dans la taille directe de la pierre. Il dut se faire une place entre d’autres grands sculpteurs de l’époque comme Rodin ou Antoine Bourdelle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On retrouve d’ailleurs une œuvre de celui-ci juste en face. Il s’agit d’un buste en dépôt du Musée Bourdelle, de son fameux Héraklès archer. Cette sculpture qui représente le héros tuant les oiseaux du lac Stymphale connut une histoire singulière. Réalisée à partir de la pose du militaire Doyen-Parigot, elle fut achetée en exclusivité par une riche personnalité, Gabriel Thomas. Mais face au grand succès de l’œuvre au Salon de la Société nationale des beaux-arts et à de nombreuses demandes de fontes, l’artiste dût batailler avec Gabriel Thomas pour pouvoir autoriser des copies de son chef-d’œuvre. Celle de Calais date de 1971 et est au musée depuis 1973.

P2140986.JPG

A ses côtés, une autre grande figure mythologique est présente, celle d’Orphée dans une peinture d’Henri Regnault. Il s’agit d’une œuvre réalisée pour le concours du Grand prix de Rome de peinture en 1865 et dont le sujet était précisément : Orphée redemandant Eurydice aux divinités infernales.

P2140984.JPG

On retrouve tous les personnages du mythe : Orphée, Pluton, Perséphone, un Cerbère plutôt docile et même Mercure qui a sans doute guidé le héros. L’ambiance, assez froide et sombre, ne permit pas à Henri Renault d’avoir le Prix qu’il remporta l’année suivante avec un autre sujet mythologique : Thétis apportant à Achille les armes forgées par Vulcain.

Puis si vous allez plus loin, vous découvrirez un Narcisse, des Ménades…. Bref là aussi un très beau musée pour rêver ce mythes et de légendes !!

Pour allez plus loin :

Le site du musée : http://www.calais.fr/fr/Ville-de-Calais/envie-de-bouger/a-visiter-a-voir/musee-des-beaux-arts

Le bel Héraklès, tueur d’oiseaux au Musée des Beaux-Arts de Calais

Héraklès archer, Antoine Bourdelle

Torse,  bronze, 1909, fonte Godard n.6, 1971, 91,2 H x 65,7 L x 47,5 P cm, dépôt de Rhodia Dufet-Bourdelle en 1986, dépôt du musée Bourdelle, musée de la ville de Paris au musée des beaux-arts de Calais en 1986, n° inv. D.977.4.1.

Antoine Bourdelle, Héraklès archer-Calais. © F. Kleinefenn

Cette sculpture en bronze est une étude préparatoire de torse pour l’une des œuvres les plus connues d’Antoine Bourdelle, représentant Héraklès (ou Hercule chez les Romains) lors de l’un de ses 12 travaux : celui qui le conduisit à affronter les oiseaux du lac de Stymphale.

Antoine Bourdelle est un très grand sculpteur français de la fin du XIXe siècle-début XXe siècle. Célèbre et célébré de son vivant, il travailla comme praticien de Rodin de 1893 à 1908. Il contribua à former des artistes comme Matisse, Giacometti ou Germaine Richier. Il puise dans la mythologie grecque une riche iconographie. Outre Héraklès, on lui connaît des représentations d’Apollon, de Bacchantes ou encore de Pénélope dont un bronze est visible au Palais des Beaux-Arts de Lille.

Pour représenter ce héros grec, il demanda à un ami militaire à la forte musculature, le commandant Doyen-Parigot de poser pour lui. Après plusieurs versions, l’œuvre fut fondue en bronze une première fois en 1909 pour le financier Gabriel Thomas, puis sa version monumentale eut un grand succès en 1910 au Salon de la Société nationale des beaux-arts, ce qui lui valut d’obtenir d’importantes commandes en France et à l’étranger. Depuis, de nombreuses fontes que ce soit de la figure dans son entier ou bien, comme ici, du buste ou de la tête, ont été réalisées.

Le sujet représenté est donc un Héraklès en pleine tension et action. Après avoir nettoyé les écuries du roi Augias, son cousin Eurysthée lui confia une nouvelle tâche : tuer tous les oiseaux du lac de Stymphale, en Arcadie. À partir de là, les sources divergent quant à la nature de ces animaux et la façon dont Héraklès les vainquit. Ces oiseaux, carnivores, tuaient leurs victimes avec leur bec et griffes en airain. La déesse Athéna, protectrice du héros, lui donna alors des crotales, instruments de percussion en métal. En les frappant l’un contre l’autre, Héraklès vit s’envoler tous les oiseaux du lac. Il put alors saisir son arc pour les transpercer un par un avec ses flèches. La sculpture montre Heraklès bander son arc. Sur la figure complète, dont un exemple est visible notamment au Musée d’Orsay, ses mains tiennent l’arc tendu.

Si vous désirez voir les autres travaux de ce héros, vous pouvez vous rendre au Château-Musée de Boulogne-sur-Mer qui possède de nombreux vases grecs sur le sujet.

 

Les mythes fondateurs du Louvre

 

Nouvel article publié dans le blog de la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de Lille 3 Insula !

Je décris et analyse quelque peu l’exposition qui se déroule en ce moment dans la Petite Galerie du Louvre sur les Mythes fondateurs, d’Hercule à Dark Vador

A découvrir ici :

http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2016/04/des-mythes-fondateurs-au-louvre/

Héraclès expliqué par des élèves

Encore un très beau projet !

Celui des écoles du département de la Vienne qui réalisent plusieurs émissions de radio. Et parmi elles, une web-série  qui raconte la vie d’Héraclès !

image blog

Chaque épisode dure entre 10 et 20 minutes. Les enfants font toutes les voix.

C’est à la fois drôle, instructif, très décalé. (Mention spéciale à la blague sur la Macédoine et son explication, à l’épisode 4 !). Aucun sujet n’est évité comme le meurtre de la femme et des enfants du héros.

Il y a aussi toute une réflexion, mine de rien, sur la façon de raconter des histoires, avec les différents narrateurs qui se succèdent et se combattent.

Bref, une superbe initiative scolaire. Et en plus, ils viennent de refaire un épisode !

Le lien ici :

http://ecoles.ac-poitiers.fr/webradio/spip.php?rubrique57

PS : Merci à Anaïs pour m’avoir envoyé le lien.

La BD mythologique au Musée !

On continue, avec le blog Insula, mes petites visites d’expositions avec celle que j’ai visité en août dernier au Musée de Saint-Romain-en-Gal  en lien avec une BD mythologique.

Merci encore à la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de Lille 3 ,et à Monsieur Christophe Hugo pour sa confiance.

Voici donc l’article à cette adresse

http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2015/12/les-petits-mythos-sont-venus-au-gallo/

DSC09434

Promis, pour le prochain billet, je parlerai d’expositions qui ne seront pas déjà terminées !

Apollodore : la mythologie pour les nuls !

Vous vous intéressez à la mythologie mais vous avez peur de vous plonger dans Homère ou Les Métamorphoses d’Ovide ? C’est vrai que se sont de longs textes qui ne parlent ni du cheval de Troie ni de tous les travaux d’Hercule.

Heureusement, il existe un auteur antique qui a pensé à vous !

41TeWjwfrZL._SX341_BO1,204,203,200_

Il s’agit d’une sorte de petite encyclopédie qui résume toute, mais vraiment TOUTE la mythologie. Avec de petits paragraphes et chapitres, vous pouvez ainsi découvrir facilement l’ensemble des dieux et héros avec par exemple toute la vie d’Héraclès.

On ne sait rien de son auteur qui ne s’appelait d’ailleurs pas Apollodore et qui a vécu à l’époque des Empereurs romains, on ne sait pas non plus vraiment quand.

Oublié, son grand écrit, sa Bibliothèque vient d’être retraduite et rééditée par une équipe d’universitaires suisses. Merci à eux !

Bon certes, c’est 20 euros, mais plutôt que de lire des adaptations de réécritures ou de s’endormir avec un énième combat d’Achille, je vous invite vraiment à découvrir ce cher « Pseudo »Apollodore !